L'industrie automobile allemande, fortement touchée par la pandémie de Covid-19, va recevoir jusqu'à cinq milliards d'euros d'aides gouvernementales pour surmonter la crise et poursuivre sa transition vers l'électrique. A l'issue d'une réunion avec des représentants de l'industrie automobile, le gouvernement d'Angela Merkel a annoncé dans un communiqué vouloir prolonger jusqu'en 2025 ses aides.

«L'industrie automobile allemande connaît une mutation structurelle à long terme, qui pose des défis majeurs aux entreprises, aux régions et aux salariés», a affirmé le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert, précisant que «les petites et moyennes entreprises de fournisseurs, en particulier, doivent être soutenues pendant la transformation».

Des mesures de soutien à l'économie et à l'écologie

Dans le détail, ce nouveau plan de soutien à ce secteur phare de l'économie allemande est constitué d'un milliard d'euros pour prolonger les incitations à l'achat de voitures électriques, un milliard d'euros pour un programme de primes à la casse pour renouveler le parc de vieux camions et un milliard d'euros pour un fonds destiné à soutenir les investissements technologiques des fournisseurs.

Lire aussi: En Allemagne, la double crise des constructeurs automobiles

Ces dernières aides sont censées notamment inciter les stations-services à s'équiper de bornes de recharge électrique: le gouvernement allemand a pour objectif qu'au moins 25% de toutes les stations-service soient équipées d'infrastructures de recharge rapide d'ici fin 2022, 50% d'ici fin 2024 et 75% d'ici fin 2026. «L'objectif de créer 50 000 points de recharge supplémentaires d'ici à la fin 2021 est maintenu. Cela signifie qu'il y aura environ 72 000 points de recharge accessibles au public», précise-t-il.

Enfin, deux milliards d'euros provenant des fonds de relance déjà existants serviront à aider les fournisseurs à adapter leurs lignes de production. «Nous nous félicitons expressément de la prolongation convenue de la prime à l'innovation et des autres instruments convenus, qui contribueront à la protection du climat et à la vigueur de l'économie», a commenté Hildegard Müller, présidente de l'Association de l'industrie automobile (VDA).

Un secteur frappé par la crise sanitaire et le virage vers l'électrique

Le secteur automobile représentait en Allemagne un cinquième de l'industrie, près de 5% du PIB et plus de 800 000 emplois directs, avant la crise sanitaire.

Lire encore l'opinion: Le COVID-19 accroît les pressions sur le secteur automobile

Comme partout dans le monde, la pandémie de coronavirus a également entraîné une chute sans précédent du marché automobile en Allemagne: sur les dix premiers mois de l'année, quelque 2,3 millions de voitures neuves ont été vendues dans la première économie européenne, soit 23% de moins que sur la même période en 2019.

Mais en plus de la crise, le secteur automobile est confronté au virage complexe et coûteux vers la mobilité électrique, domaine dans lequel la plupart des constructeurs allemands tentent désormais de rattraper leur retard.