Depuis mardi soir 21 h (heure suisse), Google est entré sur un nouveau marché. La firme de Mountain View propose en téléchargement gratuit «Chrome», son premier navigateur Internet. Avancé de 24 heures suite à une fuite, ce lancement représente une étape majeure pour Google. Il attaque Microsoft sur deux marchés majeurs: celui des navigateurs web - Internet Explorer a un nouveau concurrent - et celui des systèmes d'exploitation.

Sur le papier, Chrome est séduisant. Il charge en théorie rapidement les pages, permet une navigation sécurisée, et les onglets sont indépendants les uns des autres. Si l'un crashe, les autres restent utilisables. Le logiciel permet aussi d'éditer des documents en ligne, mais aussi sans être connecté à Internet. Si Chrome permet d'accéder très facilement à sa messagerie (Gmail), ses photos (Picasa) et ses documents (Google Docs), il est nettement plus qu'un navigateur. Google vise ainsi en sous-marin Windows, en lançant un navigateur multifonctions qui commence à intégrer les fonctions d'un système d'exploitation. Une seule porte pour une multitude de services Google, en somme. Mardi, les analystes estimaient que le but de Google était de perturber les équipes de Microsoft en ouvrant un front sur le marché des navigateurs, et un autre sur celui des systèmes d'exploitation.

Côté navigateurs, l'ultra-domination d'Internet Explorer (74% de parts de marché mondiales) est déjà mise à mal par les 18 à 20% grappillés par Firefox. Chrome pourrait prendre des clients à ces deux navigateurs.

Bientôt un téléphone

Google poursuit un but similaire dans la téléphonie mobile, D'ici à quelques semaines, l'opérateur T-Mobile proposera le portable HTC Dream sur le marché américain équipé d'Android, le nouveau système d'exploitation de Google. Le but de la firme: proposer un système ouvert sur lequel toutes les sociétés pourraient créer des programmes. Exactement comme Apple le fait pour l'iPhone. Google voudra bien sûr aussi favoriser ses propres services: lecture facilitée des courriels, actualisation simplifiée de blogs, meilleur affichage de publicités... Maîtriser le système d'exploitation, c'est maîtriser les services proposés, qui, même s'ils sont gratuits, permettent d'accroître l'audience et donc les revenus liés aux annonces.

Tout comme Apple, Google proposera via Android un magasin en ligne où il sera possible de télécharger des applications, dont certaines seront, dans un second temps, payantes. Il est possible que Google prenne, comme Apple le fait, une commission sur les revenus ainsi générés.