Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L’application Momentum a été mise au point en 2014 par la société informatique DOS Group pour la Fondation Ticino Cuore.
© GABRIELE PUTZU/TI-PRESS

Suisse 4.0

L’app qui améliore les secours cardiaques

Grâce à une application mobile, le taux de survie après un arrêt cardiaque est monté en flèche au Tessin

Le Tessin affiche un taux de survie en cas d’arrêt cardiaque qui dépasse tous ses voisins. Encore à 17% en 2005, ce taux est passé à 45%. Une proportion significativement plus élevée qu’en Suisse et en Europe, où elle est limitée à 10%. A l’origine de ce succès: l’application Momentum mise au point en 2014 par la société informatique DOS Group pour la Fondation Ticino Cuore.

Comment fonctionne cette app qui sauve des cœurs? «Admettons que vous subissiez un arrêt cardiocirculatoire: la personne qui vous accompagne compose aussitôt le 144, la centrale des urgences sanitaires. Au téléphone, on lui indique les premiers gestes à effectuer sur la victime et simultanément, l’ambulance et les quelque 3000 secouristes volontaires et professionnels inscrits au réseau cantonal – appelés premiers répondants – sont alertés», explique Stefano Doninelli, directeur du DOS Group.

Lire l'article lié: Angelo Auricchio: «L’intelligence artificielle aidera les médecins à prendre des décisions»

Géoloalisation des secouristes

Momentum géolocalise les premiers répondants les plus proches de la victime, poursuit-il, et les sollicite pour connaître leur disponibilité à intervenir. «En quelques minutes, l’un d’entre eux débarquera sur les lieux de l’accident et exécutera un massage cardiaque, en attendant que les ambulanciers arrivent pour prendre le relais, administrant à la victime un choc électrique à l’aide d’un défibrillateur.»

Après un arrêt cardiocirculatoire chaque minute sans traitement réduit de 10% les chances de survie.

Lui-même premier répondant – et président de la section suisse italienne des secouristes alpins – Stefano Doninelli est déjà intervenu lors d’une urgence. «J’habite à Melide, un village de 200 habitants. Un voisin a eu un arrêt cardiaque, j’étais chez lui immédiatement après avoir été informé. L’ambulance est arrivée dix minutes plus tard.» Grâce à Momentum, dans 95 à 98% des cas d’arrêt cardiaque, un premier répondant intervient. Dans six cas sur dix, il est même sur les lieux avant l’ambulance.

Une rapidité cruciale, car après un arrêt cardiocirculatoire chaque minute sans traitement réduit de 10% les chances de survie. Environ 300-350 cas sont recensés au Tessin annuellement (environ 8000 en Suisse) et les maladies du cœur sont la première cause de mortalité des adultes dans le pays.

Lire aussi: A domicile ou en EMS, les seniors s’ouvrent au monde numérique

L’app, au lieu des SMS

Directeur de la Fondation Ticino Cuore – qui sur mandat du canton, promeut l’apprentissage de la réanimation cardiaque –, Claudio Benvenuti confirme la validité de l’application Momentum. «Autrefois, tout était géré par SMS. Lorsqu’elle recevait un appel, la centrale 144 envoyait un message téléphonique à tous les premiers répondants. Ceux qui se trouvaient proches de l’incident et disponibles rappelaient la centrale pour recevoir des précisions sur le lieu.»

Depuis sa création, Momentum a été adoptée dans onze cantons, en Italie et en République Tchèque

Les délais étaient plus longs, souligne-t-il, et les ressources de la centrale étaient mobilisées par ces échanges téléphoniques, alors qu’elle devait aussi soutenir les efforts de réanimation de la victime sur place et gérer l’ambulance. «Les informations sur l’endroit où était la victime étaient précises, mais le premier répondant devait trouver lui-même la façon la plus rapide de s’y rendre. Maintenant, toutes les informations, y compris l’itinéraire le plus direct, sont transmises automatiquement sur son téléphone.»

Lire également: Analyse de données et intelligence artificielle: voici le cabinet médical de demain

Baisse des coûts

Momentum permet de gagner du temps, mais aussi un peu d’argent, ajoute Claudio Benvenuti. Les coûts de gestion – essentiellement l’envoi de SMS –, sont passés de 12 000 à 10 000 francs annuels entre 2010 et 2017. «L’app est continuellement perfectionnée, nous nous en servons aussi comme instrument de communication et d’information entre les membres du réseau de premiers répondants.»

Stefano Doninelli et son équipe travaillent à divers projets dont la plateforme de base est Momentum. L’un d’entre eux est mené en collaboration avec le Cardiocentro du Tessin. «Il s’agit d’une carte format carte de crédit – qui s’enfile facilement dans le porte-monnaie – destinée aux premiers répondants qui, appliquée sur le thorax d’un patient, grâce aux senseurs, transmet ses données vitales à l’hôpital pendant que le massage cardiaque est effectué», explique-t-il.

Notre dossier: Santé personnalisée: espoirs et enjeux

Développement en Suisse

Une autre initiative en cours consiste à permettre aux premiers répondants d’opérer non seulement dans leur canton, mais partout en Suisse. «L’app est conçue pour un usage cantonal. Mais bientôt, si je vais travailler à Zurich, par exemple, je pourrai aussi y intervenir en cas de besoin. La Suisse sera le premier pays à disposer d’un pareil système», se félicite Stefano Doninelli.

Depuis sa création, Momentum a été adoptée dans onze cantons, en Italie et en République Tchèque. Des discussions sont en cours avec l’Allemagne et la France. L’app de DOS Group a été récipiendaire du Prix Möbius Evolution 2016 et du Prix du public Swisscom 2014.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

Pourquoi les smartwatches finissent-elles dans les tiroirs des tables de nuit?

Les smartwatches sont à la mode. De nombreuses marques horlogères lancent leur modèle (Apple, TAG Heuer, Samsung, etc.). Mais ces montres connectées ne semblent pas techniquement abouties. Nos explications

Pourquoi les smartwatches finissent-elles dans les tiroirs des tables de nuit?

n/a