Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La version cellulaire de l'Apple Watch III se distingue des autres versions grâce à sa couronne rouge.
© Justin Sullivan / Getty Images / AFP

Test

L’Apple Watch cellulaire ne rend pas aussi libre qu’imaginé

La nouvelle mouture de l’Apple Watch permet une connexion directe avec le réseau cellulaire. Mais, pour l’heure, il est encore très difficile de se débarrasser définitivement de son smartphone

La liberté. Rien que ça. En lançant la troisième version de sa smartwatch l’automne passé, Apple promettait «The freedom» grâce à une connexion cellulaire directement disponible depuis la montre. La liberté, parce que l’on n’a ainsi plus besoin d’avoir son iPhone à portée de Bluetooth (quelques mètres) pour passer des coups de fil ou vérifier ses courriels sur son poignet.

«L’expression ultime de l’Apple Watch», vantait Jeff Williams, membre de la direction du groupe californien, lors de la conférence introduisant ce nouvel appareil. Juste après la vidéo d’un surfeur qui, au milieu des vagues – de toute évidence sans smartphone à portée de Bluetooth –, recevait un coup de téléphone via sa montre. (Et si être joignable lorsqu’on fait du surf dans l’océan est vraiment l’expression de la liberté est une question que l’on n’abordera pas durant ce test.)

Sur le papier, cette offre paraissait prometteuse. Car, à entendre les nombreux spécialistes des montres connectées en Suisse, le décollage commercial des smartwatches va de pair avec leur indépendance vis-à-vis du téléphone. De surcroît, le besoin de lutter contre l’addiction de nos sociétés au smartphone et à ses applications se fait chaque jour plus pressant. Imaginer laisser son portable, éteint, à la maison, une journée, était donc séduisant.

Lire aussi:  Le mouvement contre l’addiction numérique prend de l’ampleur

Un surcoût entre neuf et dix francs

Cette fonctionnalité a d’abord été disponible aux Etats-Unis et au Canada. Il a fallu attendre quelques semaines pour que les Suisses puissent être libres, eux aussi. Deux opérateurs, Swisscom et Sunrise, offrent depuis début décembre des possibilités d’activer la e-SIM (carte SIM dématérialisée) logée à l’intérieur de la montre. Comptez un supplément de dix francs par mois chez Swisscom, neuf chez Sunrise, pour pouvoir utiliser le même numéro que son téléphone portable sur un autre appareil. Les deux opérateurs proposent des offres promotionnelles de lancement (les six ou neuf premiers mois gratuits). La montre, elle, est disponible dès 447,75 francs.

Lire aussi:  Le potentiel de la troisième Apple Watch reste flou

Dans notre cas (Swisscom), la mise en route s’est révélée laborieuse et il a fallu multiplier les appels aux centres d’aides de l’opérateur et d’Apple pour que cette fonctionnalité soit activée sur la montre que nous a prêtée la marque à la pomme. Chez l’un comme chez l’autre, nous avons parfois eu affaire à des employés qui n’étaient pas familiarisés avec la connexion cellulaire possible sur ce modèle. Certains nous demandaient par exemple «de tenter de surfer avec l’application Safari» sur l’Apple Watch, alors que cette application… n’existe simplement pas sur la montre.

La liberté, oui mais…

Une fois la montre fonctionnelle et connectée, nous avons dû composer avec quelques petites déconvenues. Car si, en théorie, cette troisième version de l’Apple Watch (reconnaissable à sa couronne rouge) offre la liberté, dans les faits, il y a encore quelques restrictions. Oui, l’on peut effectivement recevoir et effectuer des appels au travail alors que l’on a laissé son téléphone, éteint, à la maison. Mais il faut alors penser à s’équiper d’un dispositif Bluetooth (les Airpods, ou n’importe quel casque audio). Sans cela, les détails de la conversation se répandent aux quatre vents. Idem pour Siri. L’assistant d’Apple est sensiblement plus rapide, plus malin et plus loquace que dans les versions précédentes, mais il vaut mieux dialoguer avec lui via un kit mains libres.

Lire aussi:  Quatre écouteurs et casques sans fil sur le banc d’essai

Pour les mises à jour de l’agenda ou les courriers électroniques, cela se complique. Il faut en effet que son téléphone soit «allumé quelque part» (mais pas forcément à portée de Bluetooth) pour que la montre puisse s’y connecter et aller chercher les informations demandées. Enfin, les applications tierces fonctionnent seulement si elles ont été mises à jour par les développeurs pour cette troisième génération d’Apple Watch. Ainsi, à l’heure du test, il était impossible de télécharger les dernières nouvelles de Bloomberg ni d’écouter la radio sur la BBC.

Ni WhatsApp, ni La Première…

Enfin, il manque encore les mille petites fonctionnalités qui rendent le smartphone si addictif. Impossible de prendre des photos sur le vif, l’Apple Watch n’ayant pas (encore?) de caméra intégrée. Impossible de recevoir ou d’envoyer des messages via WhatsApp (l’application n’est pas encore disponible sur WatchOS). Impossible non plus d’écouter La Première en direct ou léger différé car l’application n’existe pas en mode smartwatch. Impossible de chercher rapidement sur Google ce que signifie exactement l’intrication quantique ni combien d’habitants compte la ville chinoise de Chongqing puisque la montre ne dispose pas d’un navigateur internet.

Il n’y a pas de tromperies sur la marchandise. Ces restrictions, Apple les détaille noir sur blanc. L’entreprise n’affirme même à aucun moment que cette montre pourrait effectivement permettre de se débarrasser définitivement de son téléphone portable – pour l’heure, ce serait d’ailleurs un non-sens commercial puisqu’une part importante de son chiffre d’affaires est, justement, réalisée avec des iPhones. La liberté? Les consommateurs devront patienter encore quelques années…


Mise à jour 20.02.2018:

Contrairement à ce que nous indiquons plus haut, il est en effet possible d'écouter La Première en direct via une application RTS Radio dédiée à l'Apple Watch. Nos excuses pour cette erreur.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)