L’Apple Watch enthousiasme les développeurs suisses d’applications

Technologie La montre connectée de la marque à la pomme est en vente depuis vendredi à partir de 389 francs

Deux développeurs de logiciels racontent leurs expériences avec l’accessoire

L’Apple Watch est en vente depuis ce vendredi en Suisse et l’on connaît désormais son prix. Le modèle le moins cher (Sport, boîtier en aluminium argent de 38 mm avec bracelet sport blanc) coûte 389 francs. Le plus cher (modèle Edition, boîtier en or jaune 18 carats de 38 mm avec bracelet boucle moderne rouge vif) est facturé à 17 500 francs. Enfin, le modèle le moins cher de la montre «classique» (boîtier en acier inoxydable de 38 mm avec bracelet sport blanc) coûte 629 francs.

A titre de comparaison, le modèle le moins cher coûte 399 euros en France et 349 dollars aux Etats-Unis. Les prix suisses sont donc moins élevés que dans la zone euro, comme c’est souvent le cas avec les produits d’Apple. Les différents taux de TVA expliquent en partie ces différences.

La montre n’était pas encore en vente en Suisse que plusieurs sociétés helvétiques avaient déjà annoncé la sortie de leur application dédiée. Jeudi, Swissquote présentait ainsi son logiciel pour l’Apple Watch, permettant par exemple de clôturer des positions de négoce par pression du doigt sur l’écran de la montre. Le 10 juin, Migros présentait son application permettant d’afficher à son poignet sa liste de courses. Vendredi, Coop affirmait que son application Supercard permettait, via la montre, de régler ses achats à la caisse.

Des programmes sont aussi développés par des indépendants. Ainsi, Marco Rinalducci, étudiant à l’Ecole d’ingénieurs de Genève, vient de lancer une application, baptisée «Tpg +», permettant de voir les prochains départs de tous les arrêts et ceux à proximité. Des notifications «push» peuvent aussi être reçues sur la montre en cas d’incident sur des lignes sélectionnées. «Je n’ai pas encore d’Apple Watch, j’espère en acheter une ce vendredi, explique Marco Rinalducci. J’ai développé l’application avec un ami sur un simulateur. J’utilise souvent les lignes des TPG et je trouvais cela utile. Je suis en contact avec eux pour travailler sur mon application.»

L’étudiant a développé une application pour Android, concernant les cours de répétition de l’armée, et une pour iPhone dans le domaine de la domotique. «Elle permet de contrôler l’ouverture des portes et les lumières chez moi, je ne la propose pas au grand public, c’est plutôt pour répondre à mes besoins, poursuit-il. Je vais certainement développer d’autres applications pour l’Apple Watch.»

De son côté, le Tessinois Patrick Balestra, lui aussi étudiant, a développé un programme pour consulter des listes de notes sur son Apple Watch. «Je trouve l’intégration entre l’iPhone et la montre très réussie. J’ai aussi testé la montre de la marque Pebble, elle ne permet pas de créer un lien aussi bon avec le téléphone», explique-t-il. Selon l’étudiant, Apple permet aux informaticiens de travailler dans de bonnes conditions. «Le kit de développement fourni est très puissant et offre de nombreuses possibilités. Je me réjouis de l’arrivée de la version 9 du système iOS, qui offrira davantage de possibilités. Je développe de nouvelles applications, mais je ne peux en dire plus pour le moment.»

«Le kit de développement fourni par Apple est puissant et offre de nombreuses possibilités»