Elle pensait unir son destin à un SPAC, l’une de ces sociétés financières cotées créées pour fusionner avec une start-up, mais contracte finalement un prêt convertible. MindMaze a annoncé jeudi avoir levé 125 millions de dollars auprès d’AlbaCore Capital Group, une société européenne spécialisée dans le financement d’entreprises.

La start-up vaudoise entend utiliser ces fonds pour financer la croissance de sa plateforme d’outils numériques destinés aux thérapies neurologiques. La société cible le marché des personnes victimes d’accidents vasculaires cérébraux, mais travaille aussi sur les maladies de parkinson, d’alzheimer ou encore la sclérose en plaques.

Leonardo Di Caprio pour actionnaire

Signalant que cet investissement représente la troisième plus grande opération de financement dans le secteur de la santé numérique en Europe, MindMaze réitère dans son communiqué de presse ses ambitions: devenir l’un des champions européens d’un domaine encore en devenir. Investi dans un premier temps sous forme de dette, le montant levé pourra ensuite être converti en participation au capital de la société. Il s’agit d’une opération relativement courante dans le financement des jeunes entreprises. Plus rapide qu’un tour de financement conventionnel, elle évite une dilution de l’actionnariat et de longues discussions sur la valeur de la société.

A lire: La start-up lausannoise MindMaze vaudrait 1 milliard de dollars

Avec cet argent frais, MindMaze entend étoffer son portefeuille de solutions et poursuivre les études cliniques pour valider ces dernières. «L’une des voies à suivre sera de s’associer à des sociétés pharmaceutiques pour promouvoir la réparation du cerveau en combinant notre approche thérapeutique numérique neurorestauratrice avec la découverte de nouveaux médicaments», indique dans le communiqué de presse, Tej Tadi, fondateur et directeur général de la jeune société.

Lancée en 2012, la société avait dit, en 2016, avoir acquis le statut de licorne, celui d’une entreprise valorisée à plus d’un milliard de francs. Elle avait ensuite mené une stratégie d’acquisitions pour enrichir son portefeuille, mettant notamment la main sur deux start-up de l’EPFL, Gait Up et Intento. L’arrivée dans son capital de l’acteur hollywoodien Leonardo Di Caprio a notamment contribué à sa notoriété.

Transition numérique

MindMaze avait ensuite connu des difficultés financières que Le Temps avait révélées en avril dernier. Les dirigeants de la société avaient confié avoir utilisé ces années pour mener leur «transition numérique» et être désormais passés en mode de croissance rapide. Alors que le premier produit de l’ingénieur Tej Tadi consistait en un dispositif physique, la société propose en effet aujourd’hui un éventail d’applications numériques. Celles-ci doivent favoriser la réhabilitation de personnes souffrant de lésions au cerveau.

La société compte une centaine d’employés et signale être active dans 90 pays. Selon MindMaze, l’opération annoncée confirme son statut de licorne avec une valorisation à 1,5 milliard de francs. Un montant à confirmer lors de la prochaine levée de fonds de l’entreprise.

A lire: La traversée du désert de MindMaze