Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Image d’illustration, pose en avril 2016 à Zurich.
© CHRISTIAN BEUTLER/Keystone

paiements

L’argent liquide reste populaire en Suisse

Le numéraire demeure fort présent dans les paiements, avec 70% des transactions. Les cartes de débit ne comptent que pour 22% des achats, révèle une enquête, première du genre, de la BNS

Le cash est le moyen de paiement le plus utilisé par les ménages suisses, selon une enquête de la Banque nationale suisse (BNS). Le numéraire représente 70% des transactions, mais comme il s’agit surtout de faibles sommes, seulement 45% du montant total.

En moyenne, écrivent les analystes, «les personnes résidentes âgées d’au moins 15 ans effectuent 1,6 transaction par jour, dont le montant moyen est de 41 francs. La majorité des transactions concernent des paiements inférieurs à 20 francs, et 2% seulement portent sur des montants supérieurs à 200 francs» (voir le résumé de l'étude, en français, en PDF).

Une opinion sur la politique de la BNS: La presse à billets est-elle plus rentable en Suisse?

Une première enquête de ce type

L’institut d’émission a mené cette enquête, première du genre, à l’automne 2017 afin de mieux connaître les habitudes de paiement dans le pays. Quelque 2000 personnes y ont participé, en consignant une semaine durant les détails de leurs paiements. Au total, plus de 22 500 transactions ont été recensées.

Le numéraire est plébiscité pour sa large acceptation et ses coûts limités. Les personnes sondées ont en moyenne 133 francs en poche. Les billets de 10 et de 20 francs sont les plus fréquemment échangés, les grosses coupures, de 200 et 1000 francs, servent surtout pour des achats moins fréquents mais coûteux, comme une voiture, ou pour régler des factures au guichet de la poste.

Lire aussi: En rachetant un sous-traitant, la BNS sécurise la production des billets de banque

Les cartes de débit représentent 22% des transactions

Les ménages suisses disposent d’environ deux instruments de paiement scripturaux, appréciés pour les aspects de sécurité. La carte de débit (carte Maestro/EC, carte PostFinance) s’avère de loin la plus populaire. Parmi les transactions saisies, 22% sont réalisées par ce moyen, contre 5% par carte de crédit.

Les applications ou le paiement sans contact – concernant essentiellement de petits montants – restent par contre très peu répandus. Vu la fidélité des Suisses au cash, ces nouvelles méthodes devraient à terme remplacer plutôt les autres moyens sans numéraire existants.

Le Tessin, champion du numéraire

Le choix du moyen de paiement dépend donc du montant. Espèces en deçà de 50 francs, carte de débit jusqu’à 200 francs et carte de crédit au-delà. Mais selon le lieu où on se trouve, l’un ou l’autre instrument sera mieux accepté, ou simplement plus facile à utiliser.

La BNS constate aussi des différences selon l’âge et les revenus. Les 55 ans et plus ainsi que les personnes à faible revenu paient davantage en liquide. Les 15-34 ans et les ménages à revenu élevé privilégient les paiements par carte. Au niveau des régions, c’est au Tessin que le numéraire a la plus forte cote.

En comparaison internationale, les habitudes de paiement en Suisse se situent à la croisée des cultures, observe les enquêteurs de la BNS. Dans la zone euro, les pays germanophones et ceux du sud de l’Europe recourent beaucoup plus à l’argent liquide que les pays francophones et ceux du nord de l'Europe.


A propos du débat politique du moment, retrouvez tous nos articles sur l’initiative «Monnaie pleine».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)