L’argent continue son envolée. L’once de métal précieux a dépassé le plafond de 20 dollars en ce début de semaine. Une première depuis presque quatre ans. Et le résultat d’une hausse de 74%, depuis un plus bas à 11,64 dollars en mars.

A l’image d’autres valeurs refuges comme l’or, qui vole de record en record depuis le début de l’année, l’argent bénéficie de la volonté des investisseurs de détenir «des actifs solides qui garderont leur valeur, alors que les politiques monétaires expansives des banques centrales ont un effet de dépréciation sur les monnaies», commente Jasper Lawler, chef de la recherche chez London Capital Group. D’ailleurs, ajoute ce dernier, la hausse de l’argent n’est pas un phénomène lié à la baisse du dollar. Contre l’euro aussi, l’argent atteint des niveaux qui n’avaient pas été observés depuis plusieurs années.

Lire aussi: L’argent, encore mieux que l’or?

Le cours de l’argent est également soutenu par des fondamentaux. D’un côté, la demande augmente car le métal est essentiel au développement de certaines batteries. De l’autre, l’offre est sous pression en raison d’une baisse de l’activité minière. De quoi créer «un déséquilibre» avantageux pour les investisseurs.