Les producteurs de viande argentins ont engagé un bras de fer avec le gouvernement en répondant, mardi, par la grève à la suspension des exportations de viande. Ils ont annoncé «l’arrêt de la commercialisation de toutes les catégories de bétail» du jeudi 20 mai à la première heure jusqu’au vendredi 28 mai à minuit, soit neuf jours.

L'Argentine a suspendu pour trente jours ses exportations de viande bovine dans l'espoir de contenir la flambée des prix sur son marché intérieur, a annoncé lundi le gouvernement.

Cette décision a été prise dans l'attente d'un «ensemble de mesures visant à mettre de l'ordre dans le fonctionnement du secteur, restreindre les pratiques spéculatives et éviter l'évasion fiscale», a indiqué la présidence dans un communiqué.

La revue de presse: En Argentine, «plutôt mourir que d'abandonner la viande rouge»

L’Argentine est le quatrième exportateur mondial de viande bovine, avec 819.000 tonnes vendues à l’extérieur en 2020, principalement à la Chine, l’Allemagne et Israël.

Les prix des produits alimentaires en hausse

Dimanche, le président argentin Alberto Fernandez s’était déclaré «préoccupé» par la hausse des prix des produits alimentaires, alors que le coût de la vie dans le pays a augmenté de 46,3% au cours des douze derniers mois, selon l’institut des statistiques Idec.

«Ces hausses de prix me préoccupent beaucoup, elles sont inexplicables. Je suis décidé à m’attaquer à ce sujet», avait déclaré Alberto Fernandez à la chaîne C5N.

Lire encore: Argentine: la restructuration de la dette à nouveau prolongée 

Frappée par la pandémie de Covid-19, le produit intérieur brut de l’Argentine s’est contractée de 9,9% en 2020 et le gouvernement a lancé un important programme d’aides économiques, impliquant une forte émission de monnaie.