Les écarts restent immenses. Faire gérer son argent par une banque traditionnelle pouvait coûter jusqu’à 4 fois plus cher que d’autres solutions disponibles sur le marché, avait calculé moneyland.ch en 2016. Dans une étude analogue publiée cette semaine, le site de comparaison en ligne tire des conclusions très similaires, malgré l’émergence de nouveaux acteurs.

Pour Benjamin Manz, directeur général de moneyland.ch, les tarifs bancaires sont trop élevés, et ce sont les banques classiques qui coûtent en moyenne plus de deux fois plus chères que les gestionnaires d’actifs numériques, voire pire. Certes, admet-il, ces derniers sont souvent des robots qui ne donnent pas vraiment de conseils et investissent principalement dans des ETF, mais les offres des acteurs traditionnels sont également souvent standardisées si les sommes investies ne dépassent pas un certain montant.