La décélération de l’économie chinoise est une réalité, toutefois il ne faut pas y voir la fin de l’eldorado des actions asiatiques. Certes, la croissance ralentit, mais l’hypothèse d’un atterrissage brutal est peu probable. En effet l’économie chinoise est en pleine évolution structurelle: la baisse constatée des exportations est compensée par une hausse de la consommation et des investissements internes. En outre, le gouvernement chinois fait preuve d’une réelle volonté politique et dispose de ressources financières suffisantes pour éviter tout effondrement. Les marchés asiatiques, et principalement ceux de l’Asie dite émergente (Corée du Sud, Thaïlande, Vietnam, Philippines, Indonésie), affichent également de belles perspectives et, par conséquent, offrent des scénarios d’investissement à long terme très intéressants.

La croissance reste vive en Asie

Tout d’abord, la croissance économique de l’Asie émergente devrait continuer à surpasser largement celle des pays développés. Les dernières prévisions du FMI affichaient une croissance du PIB de respectivement 6,4% contre seulement 1,9% pour les économies développées. Bien que ce ne soit pas le seul indicateur pertinent à surveiller, une croissance robuste du PIB reste un soutien incontestable aux résultats des entreprises et aux marchés actions.

L’incertitude politique est l’un des principaux facteurs d’inquiétude sur les marchés. Mais la région jouit d’une certaine stabilité en la matière. Tout le contraire des économies développées qui s’apprêtent à traverser une période de transition majeure avec d’importantes élections à venir dont les présidentielles américaines, les élections fédérales en Allemagne, sans oublier le référendum pour un potentiel «Brexit» au Royaume-Uni.

La volatilité comme opportunité

Alimentée par les interrogations chinoises, les prix des matières premières et les crises politiques mondiales, la volatilité s’est emparée des marchés mondiaux; les actions asiatiques ne faisant pas exception. La corrélation entre les prix du pétrole et les actifs risqués reste forte. Malgré cette hausse de volatilité récente, les actions asiatiques émergentes recèlent toujours de très nombreuses opportunités d’investissement. Cette volatilité en fait partie.

Pour en bénéficier, il serait judicieux d’augmenter l’exposition aux sociétés de qualité sous-valorisées dont les perspectives de croissance organique sont avérées, tout en étant conscient des risques associés. Et les marchés asiatiques recèlent d’entreprises sous-valorisées. En effet, ces cinq dernières années, ils ont accusé un retard sensible par rapport aux marchés développés. Ce qui se traduit par des valorisations bien plus attractives, les actions se traitant avec une décote de 25% par rapport à celles des pays développés.

La gestion active comme garantie

Le corollaire est la nécessité d’être très sélectif. Seule la gestion active de conviction permet d’offrir les meilleures opportunités d’investissement dans cette région. Une gestion passive ne saurait apporter qu’une exposition aux pays, secteurs et sociétés, les plus pondérés de l’indice, ne coïncidant pas nécessairement avec les opportunités les plus intéressantes et attractives. En suivant une gestion de conviction, les investisseurs ont la possibilité de profiter d’une exposition aux valeurs de petites et moyennes capitalisations, voire même aux valeurs non indexées offrant des perspectives de croissance souvent bien supérieures aux entreprises surpondérées au sein de l’indice.

Privilégier l’Indonésie

L’Indonésie est l’un des pays au plus fort potentiel. Sa croissance soutenue, sa stabilité politique ainsi que les récentes politiques gouvernementales accommodantes plaident en faveur d’un probable relèvement de sa notation par S&P dans les prochains mois. Avec une population de plus de 255 millions d’habitants et une classe moyenne émergente, l’Indonésie offre de nombreuses opportunités d’investissement; ceci d’autant plus que la croissance économique évolue sur un rythme plus durable, car soutenue par la consommation. Ces tendances ont un effet positif direct sur les banques et les biens de consommation discrétionnaires. Au sein de ces catégories, l’Indonésie compte de nombreuses sociétés de grande qualité qui combinent un management expérimenté, des bilans solides et de fortes perspectives de croissance. Deux sociétés se démarquent du lot: Bank Mandiri et Matahari Department Store.

La banque Mandiri bénéficie de la reprise de l’activité économique indonésienne. Elle est l’une des mieux gérées du pays et son portefeuille diversifié de prêts lui donne accès à de nombreux moteurs de croissance. L’entreprise domine le marché des prêts à la consommation.

Quant à Matahari, il s’agit de la principale chaîne de centres commerciaux. Elle vise les revenus moyens en Indonésie, un secteur qui connaît une croissance rapide. Cette société se fournit presque exclusivement sur le marché domestique, stratégie qui la protège des fluctuations de la devise locale historiquement volatile.