Réseaux sociaux

Avec Lasso, Facebook drague les adolescents fascinés par Tik Tok

La nouvelle application de Facebook copie une plateforme chinoise spécialisée dans les vidéos musicales. Mais ses débuts ne sont pas très encourageants.

Après avoir copié Snapchat, Facebook s’attaque désormais à Tik Tok. Il y a dix jours, la société de Mark Zuckerberg a en effet lancé un clone de la plate-forme chinoise qui permet de créer et de partager des vidéos musicales d’une durée maximale de 15 secondes. L’application, baptisée Lasso, n’est pour le moment disponible qu’aux Etats-Unis pour les systèmes Android et iOS. Sa cible: les adolescents.

Cette frange de la population se désintéresse de plus en plus de Facebook, réseau social vieillissant utilisé par leurs parents et grands-parents. Selon la dernière enquête du Pew Research Center, à peine 51% des 13-17 ans américains utilisent encore le service, alors qu’ils étaient plus de 70% il y a quatre ans. Facebook est désormais largement distancé par YouTube, Instagram et Snapchat.

Vidéos de 15 secondes

A l’inverse, Tik Tok est un véritable phénomène auprès des adolescents. Son concept de base est simple et efficace: permettre de se prendre pour son artiste préféré. Il suffit de choisir une chanson, de se filmer pendant 15 secondes puis de compléter, si souhaité, avec différents effets. S’y ajoutent désormais des vidéos humoristiques, d’animaux, de sport ou de maquillage. Tik Tok revendique plus de 500 millions d’utilisateurs mensuels.

Avec Lasso, Facebook ne cherche pas à cacher sa source d’inspiration. Tout est quasiment identique à Tik Tok: la durée des vidéos, les outils de création, la navigation, le regroupement par hashtags, le profil des utilisateurs… Il ne manque encore que quelques fonctionnalités, comme la possibilité d’ajouter des effets en réalité augmentée, d’appliquer des filtres, de laisser des commentaires ou de déclencher un retardateur.

Fil infini

En ouvrant l’application, l’utilisateur est d’abord invité à se connecter par l’intermédiaire de son compte Facebook ou Instagram, pour le moment, il n’est pas possible de créer un compte seulement destiné à Lasso. Il est ensuite directement plongé dans le bain: une vidéo se lance automatiquement. Un glissement du doigt vers le bas permet de passer à la suivante. Un glissement vers le haut permet de rafraîchir ce fil infini de créations recommandées par un algorithme.

Sur la droite, l’utilisateur a accès à une section découverte, qui regroupe les vidéos les plus populaires. Sur la gauche, il arrive sur les outils de création: il peut choisir une chanson, décider de filmer au ralenti ou en accéléré. Puis il suffit d’appuyer sur le bouton enregistrer. Ce bouton peut être relâché, ce qui permet de créer des effets de style. Reste à rédiger une description et à choisir un hashtag.

Débuts peu encourageants

Ce n’est pas la première fois que Facebook lance un clone de ses rivaux. Mais la société n’a jamais véritablement réussi: ses premières applications pour copier Instagram et Snapchat n’ont pas suscité un grand enthousiasme. Face à ces échecs, elle a d’abord décidé de racheter Instagram. Puis d’intégrer la fonctionnalité la plus populaire de Snapchat – les stories, qui permettent de poster des photos et des vidéos qui disparaissent au bout de 24 heures – à l’ensemble de ses plateformes.

La mission de Lasso s’annonce compliquée, tant l’avance de Tik Tok semble importante. Sans aucune promotion de la part de Facebook, ses débuts sont d’ailleurs peu encourageants. Selon le cabinet AppAnnie, Lasso ne pointe qu’à la 340e place des applications photo gratuites les plus téléchargées aux Etats-Unis sur l’AppStore d’Apple. Les vidéos les plus populaires comptent rarement plus de 100 «likes». Et les créateurs plus de quelques centaines de «followers». Contre des millions sur Tik Tok.

Publicité