L’Association suisse des employés de banques (ASEB) regrette la suppression de 1500 emplois supplémentaires annoncée mardi par le Credit Suisse. Relevant le manque de détails quant à cette nouvelle réduction d’effectif, elle exige plus de transparence de la part du numéro deux bancaire helvétique.

Alors que d’autres banques ont annoncé des programmes d’assainissement avec des licenciements, l’absence de précisions quant à ces mesures contribuent à renforcer un sentiment d’insécurité néfaste pour la place financière suisse, écrit mardi l’ASEB. Outre davantage de transparence, l’association exige aussi une répartition équitable des sacrifices.

Alors que le Credit Suisse annonce une nouvelle fois des bénéfice, l’ASEB s’interroge sur la nécessite d’une restructuration d’une telle ampleur. Elle se pose également des questions quant aux objectifs visés par ces mesures et souhaite connaître les éventuelles réductions salariales qui seront imposées aux dirigeants de l’établissement.