Nous vivons une époque de crise où de nouvelles situations historiques apparaissent chaque jour. Notre objectif n'est pas de commenter les déboires des marchés, mais posons-nous quand même la question suivante: qui aurait imaginé une telle intervention étatique de la part des gouvernements européens et américain, moteurs et ardents défenseurs de la libre économie de marché basée sur le modèle capitaliste? Milton Friedman se retournerait dans sa tombe.

Dans ce contexte, quelle est la situation des hedge funds et pourquoi sont-ils le bouc émissaire de la débâcle financière? Quels sont les éléments qui caractérisent un hedge fund? Manque de réglementation, risques élevés, accès réservé aux investisseurs sophistiqués ne sont que quelques-unes des critiques formulées tout en constituant leurs atouts. Rappelons leur contribution à lisser la volatilité des performances dans les classes d'actifs traditionnels, leur habilité à vendre à découvert, donc profiter de différentes directions de marché, l'apport de dé-corrélation et la recherche continue de nouvelles opportunités d'investissement. C'est précisément leur réglementation allégée qui leur donne la liberté d'intervenir sur tous les marchés, et dans toutes les classes d'actifs. Leur rôle en tant qu'intervenants améliorant la liquidité et contribuant au bon fonctionnement des marchés est pleinement reconnu.

Parlons de la taille de l'industrie des hedge funds. Selon la Alternative Investment Management Association, la taille de l'industrie des hedge funds se montait à $ 2500 Mia à fin 2007. En comparaison, UBS gérait CHF 3189 Mia à la même période (Swiss Banking Yearbook 2008-2009). Ces chiffres relativisent la responsabilité attribuée aux hedge funds dans la crise actuelle. De plus, aucun organisme étatique n'interviendrait pour sauver un hedge fund de la faillite.

Ces dernières années ont été caractérisées par une croissance rapide de l'industrie, et l'on a estimé le nombre de hedge funds à 10000. Plusieurs stratégies ont ainsi vu leur rentabilité se contracter dans un spectre limité d'opportunités. Cette situation a engendré une augmentation du besoin de levier pour maintenir les mêmes niveaux de performances, entraînant par là même des niveaux de risques plus élevés. L'industrie est variée, complexe, comporte de nombreux risques et la qualité des fonds est variable. Afin d'optimiser son investissement dans cette classe d'actifs, il est primordial de procéder à une sélection disciplinée ainsi que d'assurer un suivi continu.

Le système économique mondial est en situation de réduction de risques et de levier. Les hedge funds ne sont pas épargnés par ce phénomène. Confrontés à des pertes, leur nombre se réduit, phénomène amplifié par un risque de remboursements importants.

L'industrie dans son entier souffre clairement. Quand nous parlons de limitations sur les ventes à découvert, des remboursements massifs, du changement structurel des relations avec les contreparties ou des mauvaises performances actuelles, la perspective n'est pas des plus réjouissantes. Cependant, cette industrie n'en est pas à sa première crise, et par le passé elle en est généralement ressortie renforcée. Exemple, en 1998 lors de la chute de LTCM et la crise russe, l'indice HFRI Fund Weighted Composite Index a connu une baisse de 12% en quatre mois, suivi d'un rebond de 28,8% dans les douze mois suivants.

La principale caractéristique de la crise que nous traversons se traduit par un durcissement des conditions de financement ainsi qu'un changement fondamental dans la relation avec les contreparties. Il est possible que certaines stratégies, tel l'arbitrage de convertibles, ne résistent pas à cette évolution, mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions.

Les hedge funds, dotés d'une capacité d'adaptation et d'innovation hors norme, demeurent un outil d'investissement incontournable. Avec une masse sous gestion loin d'être à pleine capacité, nous pouvons imaginer une situation riche en opportunités une fois la crise terminée. L'industrie vit une remise en question, certes, et nous vivons une période de nettoyage des excès que les dernières années ont pu produire. Référons-nous à Darwin et à sa théorie de la sélection naturelle pour nous assurer que les hedge funds sauront démontrer leurs forces, et navigueront dans un nouvel environnement de marché avec toute l'agilité qu'on leur connaît.