Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Laurent Wauquiez a été élu en décembre 2015 à la tête de la région Rhône-Alpes, à laquelle l'Auvergne vient de se greffer.
© AFP Photo

Politique

Laurent Wauquiez vante le modèle économique de la Haute-Savoie

En déplacement à Chamonix et la Roche-Sur-Foron, le nouveau président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a jugé que les départements devraient s'inspirer de l'exemple savoyard

Laurent Wauquiez est un fonceur et un pragmatique, à l’image de Nicolas Sarkozy dont il est un proche. Élu en décembre 2015 à la tête de la région Rhône-Alpes à laquelle l’Auvergne vient de se greffer, le numéro deux du parti les Républicains a ouvert un vaste chantier qu’il résume en une phrase: «Faire d’Auvergne-Rhône-Alpes la première région industrielle de France». Il a reformulé cet objectif lundi à Chamonix où il a parlé de tourisme et mardi à la Roche-sur-Foron face à un parterre de chefs d’entreprise et d’élus locaux. Il a inauguré à la même occasion le salon des Métiers industriels et de l’Entreprise (SMILE) ainsi que celui de la machine-outil et du décolletage.

Laurent Wauquiez vient de lancer une large concertation sur le terrain dans la perspective de bâtir ce qu’il nomme un nouveau schéma régional de développement économique, d’innovation, d’internationalisation (SRDEII), sorte de feuille de route pour soutenir le développement économique du territoire pour la période 2017-2021. «Il était inconcevable d’élaborer seuls un schéma aussi stratégique pour l’avenir de notre région qui doit devenir la région leader en France en matière de développement économique et d’innovation. J’ai donc souhaité que des rencontres soient engagées sur deux journées complètes sur chacun des départements de notre région» a-t-il expliqué.

Un modèle pour la région

Le député de la Haute-Loire n’a pas choisi au hasard la Haute-Savoie comme première étape de cette concertation. «Longtemps notre région a tourné le dos à la Haute-Savoie comme si elle était une entité à part, a-t-il observé. Il faut que cela cesse. Ce département doit servir de modèle. Elle est exemplaire en matière de productivité, de formation et possède un écosystème unique en France, un peu copié sur l’exemple des Länder allemands ou des cantons suisses, ce qui est à suivre. En France, les plans de formation qui sont basés sur les besoins des personnes et non sur les débouchés proposés sont absurdes. Il faut changer cela, la Haute-Savoie l’a déjà fait».

Lire aussi: Une droite décomplexée prend le pouvoir en Rhône-Alpes

Le nouveau patron de la région a parlé de fierté régionale, d’esprit d’équipe et de soutien financier de la région auprès des entreprises. Laurent Wauquiez souhaite réaliser 300 millions d’euros d’économie sur cinq ans dont 75 dès cette année, en réduisant notamment drastiquement les coûts de fonctionnement de son administration. Argent qui serait réinvesti dans l’investissement et dans la formation. Il a salué par ailleurs le rapprochement de la Plastipolis (Oyonnax dans l’Ain) et de Mont-Blanc Industries (Vallée de l’Arve en Haute-Savoie), qui fêtent cette année leurs dix ans de partenariat. Les deux entités collaborent, à titre d’exemple, dans deux centres de recherche en plastronique. Elles réunissent 550 entreprises, annoncent un chiffre d’affaires de 11 milliards d’euros et emploient 56 200 personnes.

Lire également: Pénurie d’apprentis en Haute-Savoie

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)