Les banques et assurances doivent informer le public des risques financiers liés au climat. Car selon le gendarme des marchés financiers, les conséquences du changement climatique peuvent provoquer «des risques importants pour les établissements financiers».

L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) oblige ainsi les grandes banques et les assureurs à «fournir des informations qualitatives et quantitatives dans ce domaine», selon un communiqué publié lundi.

«Encourager la transparence constitue une priorité, au même titre que la prise en compte des risques climatiques dans l'activité de surveillance et l'empêchement de tromperies au sujet des propriétés durables d'un produit», l'écoblanchiment, a souligné le régulateur.

A ce propos: «Greenwashing»: un manuel pour déceler le vert du faux

Préciser les risques

Les entreprises concernées doivent désormais détailler les principaux risques financiers liés au climat et leur influence sur la stratégie commerciale, leur modèle d'affaires et la planification financière. Elles doivent également dévoiler les processus mis en place pour identifier et gérer ces risques, tout comme la méthodologie employée pour quantifier ces dangers.

La Finma a également exigé que les sociétés doivent dorénavant décrire les caractéristiques centrales de leur structure de gouvernance concernant les risques financiers liés au climat.

Ces nouvelles règles doivent entrer en vigueur à partir du 1er juillet, d'abord pour les grandes banques et les assureurs de catégorie 1 et 2 (dont la somme du bilan dépasse 50 milliards de francs et d'un degré de complexité élevé).

Lire aussi: Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à chiffrer le coût de leurs émissions

Le débat politique actuel: Le fonds climatique, objet de controverse