Entreprise

L’avenir du papier est dans la pierre pour Cham Group

La société zougoise, désormais active dans l’immobilier, a renoué avec la croissance, après avoir quitté son métier historique dans la production de papier. Cette industrie, autrefois florissante, reste sous pression en Suisse

C’est sur un semestre qualifié d’exceptionnel que Cham Group ouvre un nouveau chapitre de son histoire, vieille de 350 ans. La société zougoise a publié ce vendredi un bénéfice net de 83,6 millions de francs à fin juin, plus de dix fois celui qu’elle réalisait à la même période de l’an dernier (7,4 millions de francs).

Et pour cause: après avoir procédé à de vastes restructurations, l’entreprise a complètement changé de métier. L’ex-Cham Paper Group, autrefois spécialisé dans la production de papiers spéciaux, est devenu fin 2017 une société immobilière, cotée comme telle à la bourse suisse depuis vendredi. La vente de ses activités historiques à l’entreprise sud-africaine Sappi le 28 février a d’ailleurs contribué à hauteur de 37,5 millions de francs au bénéfice.

Lire aussi: Cham Paper supprime 212 postes de travail

Cette transformation est symptomatique des difficultés rencontrées par l’industrie du papier en Suisse, autrefois florissante. «Le pays ne compte plus que sept sites de production de papier», regrette Max Fritz, directeur de l’Association de l’industrie de la cellulose, du papier et du carton, alors que la branche comptait le double de membres il y a dix ans.

Un tiers d’usines en moins

Ce déclin est essentiellement lié à la numérisation des contenus: «Cela a conduit à une situation de surcapacité en Europe, indique Max Fritz, en particulier dans le segment des papiers graphiques et des journaux.» Le site de Cham s’était ainsi recentré sur une niche, les papiers spéciaux, ce qui a contribué à sa longévité. «Aujourd’hui, il n’y a plus que l’usine de Perlen qui produit du papier journal», souligne le directeur de la faîtière, rappelant avec une pointe de nostalgie l’âge d’or de l’industrie au début du XXe siècle, dans le sillage des emblématiques affiches illustrées en Suisse.

Lire aussi: A Perlen, le combat du dernier fabricant suisse de papier

«Après avoir vu le nombre de ses usines diminuer d’un tiers ces vingt dernières années, la branche semble amorcer une phase de stabilisation», note Max Fritz, sans pour autant crier victoire. «Le segment des papiers hygiéniques (mouchoirs, couches pour bébés, dispositifs contre l’incontinence, etc.) affiche une demande stable, mais reste sous pression face à la concurrence étrangère», conclut Max Fritz.

Horizon dégagé pour Cham Group

Cham Group, quant à lui, tourne la page du papier et se consacre à la valorisation de ses anciennes usines, sises en retrait de la localité de Cham en bordure de rivière. Le site, baptisé Papieri, qui abritait un ancien moulin à papier, comptera une centaine de logements à prix modéré, ainsi que des bureaux et des surfaces commerciales. Depuis l’entrée en vigueur du plan de développement en janvier, la valeur sur le marché du site a plus que doublé à 95,5 millions de francs. De quoi entamer ce nouveau chapitre avec optimisme.

Publicité