Technologie

L'aventure de Square en bourse sera plus compliquée que prévu

Dirigée par Jack Dorsey, qui pilote aussi Twitter, le spécialiste du paiement par carte a perdu 54 millions de dollars au troisième trimestre. Son entrée en bourse pourrait en pâtir

Les affaires se compliquent pour Jack Dorsey. L'homme avait déjà été critiqué pour sa double casquette, lui qui dirige tant Twitter que Square. Désormais, l'entrepreneur milliardaire voit des doutes surgir autour de sa capacité à introduire en bourse la société de paiement qu'il a fondé. Non seulement l'environnement financier s'est sensiblement dégradé. Mais, en plus, les résultats affichés par Square dans la nuit de lundi à mardi ont été accueillis avec scepticisme.

Square a fait ses débuts en 2009 et propose ses services aux Etats-Unis, au Canada et au Japon. Il met à disposition des petits commerçants des mini lecteurs gratuits de cartes de paiement, de la taille d'un petit carré blanc, qui se connectent à un téléphone. Square se targue ainsi de démocratiser le paiement par carte en permettant aux commerçant de ne pas acquérir un lecteur coûtant des centaines de dollars. La société ne dit pas combien elle compte de clients, mais parle de «millions d'utilisateurs dans le monde». Square prélève une commission de 2,75% par transaction, dont une partie est redistribué à d'autres acteurs du paiement.

Des millions de clients, des millions de pertes

Pour l'heure, Square creuse ses pertes: 54 millions de dollars (53 millions de francs) au troisième trimestre, un record pour la société. Les pertes cumulées pour 2015 se sont élevées à 131,5 millions de dollars. Le chiffre d'affaires trimestriel, à 90% généré par ces commissions, a progressé de 227 à 332 millions de dollars. «Les pertes que génère la société sont importantes et il faudra beaucoup de temps avant qu'elles ne se réduisent», estimait une analyste de Wedbush Securities cité par Bloomberg, qui notait en parallèle que le chiffre d'affaires est meilleur que prévu et et progresse davantage qu'anticipé.

En 2014, Square a généré des transactions, via carte de crédit, d'une valeur de 23,8 milliards de dollars. Soit 10% du total de PayPal, numéro un du marché. Et Square n'est de loin pas seul sur ce créneau. «Il y a un an, il y avait 80 entreprises qui offraient des lecteurs de carte qui ressemblaient beaucoup à celui de Square, souvent avec davantage de fonctions, relevait Forbes mi-octobre. En août, Amazon lançait «Local Register», un service similaire qui offrait un rabais de 36% au commerçant par rapport à Square jusqu'à 2016.»

Entrée en bourse 

Square a annoncé cet été qu'il entrera en bourse, sans donner de date. Or l'environnement se dégrade: selon la société de recherche Renaissance Capital, le niveau des entrées en bourse des sociétés technologiques a été au plus bas depuis six ans lors du troisième trimestre. Car les performances des sociétés cotées dernièrement, dont la valeur est pour certaines tombé sous le prix d'émission, ont refroidi des ardeurs. En parallèle, les levées de capital risque atteignent des record: 37,6 milliards au troisième trimestre, soit du jamais vu depuis 2001, selon CB Insight et KPMG.

Jack Dorsey détient actuellement 24,4% du capital de Square, dont la valorisation, d'après une dernière levée de capital annoncé lundi de 30 millions de dollars, est de six milliards de dollars.

Publicité