C’est aussi le déconfinement du secteur aérien. Swiss, par exemple, qui, à présent, n’assure que 3% de ses vols, publiera ces prochains jours son nouveau programme. Pariant sur l’ouverture progressive de frontières et d’aéroports, le transporteur national en main du groupe allemand Lufthansa reprendrait entre 15 et 20% de ses dessertes dès le mois prochain. Soit 140 vols hebdomadaires de Zurich (en Europe et long-courriers) et une quarantaine au départ de Genève. Swiss continuera d’effectuer trois vols par semaine pour New York. D’autres destinations intercontinentales s’y ajouteront par la suite. «L’extension s’effectuera étape par étape en fonction des besoins des clients», précise la compagnie dans une note écrite au Temps.

Une reprise indéterminée 

Pour sa part, EasyJet, le deuxième transporteur helvétique derrière Swiss, affirme qu’il n’est pas possible de déterminer avec certitude la date de reprise des vols commerciaux. «Cela dépendra de la levée des restrictions nationales en matière de voyage et de la demande des clients, fait comprendre la compagnie low cost. Dès la fin des restrictions, nous anticipons un programme de vols minimal dans un premier temps, qui différera selon les pays.»