L'Etat du Valais est un vaste chantier. Les réformes entreprises en 1996 suivent leur cours et concernent tous les niveaux de l'administration. A côté de la mise en place de la Nouvelle gestion publique (voir ci-dessus), d'un système d'amélioration permanente (controlling des contrats de prestations) et de l'évaluation périodique des politiques publiques, les procédures de communication et d'information seront entièrement remaniées.

C'est dans ce cadre que le Centre de management public du Valais a mis au point un projet répondant au doux nom de e-DICS. Il vise à réaliser un système d'information intégré permettant aux plates-formes politiques (parlement et Conseil d'Etat), stratégiques (gouvernement et chefs de département) et opérationnelles (départements et services) de disposer de l'information de direction et de gestion adaptée à leurs responsabilités, missions et besoins respectifs. «La question qui sous-tend le projet est: quelle est l'information pertinente? Traditionnellement, elle est de nature financière. Notre idée est de la compléter avec une information plus qualitative», souligne Xavier Bertelletto, collaborateur scientifique auprès du Centre de management public. C'est-à-dire? Enoncé d'objectifs, critères de performance, coûts détaillés des prestations, entre autres. Le principal objectif d'un tel système est d'augmenter la transparence des activités de l'Etat, et mettre des informations à la disposition de tous les acteurs de la vie publique.

Bonne nouvelle pour ses concepteurs, e-DICS est l'un des cinq projets tout récemment primés par le consultant Andersen à l'occasion de son Prix du service public. Ce concours, initié en 1998, a pour objectif de récompenser les projets novateurs au sein de l'administration publique en Suisse romande. Le jeune homme ne cache pas sa satisfaction: «C'est important, parce que cela nous aide à rendre le concept crédible en interne. Il s'agit d'un instrument assez novateur. Une telle distinction fait évoluer la culture administrative. Notre système aura ainsi plus de chances d'être utilisé.» e-DICS s'inscrit dans ce projet plus large qu'est la Nouvelle gestion publique, en ceci qu'il contribue à introduire une culture de management au sein de l'administration.

L'outil de pilotage est en cours de réalisation. Ses concepteurs souhaitent l'étendre à l'ensemble de l'Etat. Pour l'instant, il s'agit d'un instrument purement interne. Mais à terme, il est prévu de le rendre accessible au public par le biais d'Internet. Il devra permettre au citoyen de se faire une idée des projets en cours et de leurs coûts. «Le contribuable saura ainsi où partent ses impôts. Il pourra se forger une opinion, s'intéresser de plus près aux affaires de l'Etat et éventuellement participer de manière plus active au débat démocratique», espère Xavier Bertelletto. Actuellement, cette information a une forme très administrative, voire rébarbative. Un travail de mise en forme important attend encore les concepteurs afin de la rendre attrayante et accessible à tous les utilisateurs.