Elle avait à cœur de faire entendre sa voix. Siégeant à la Chambre des députés à Rome depuis 2018, Veronica Giannone va pourtant mettre un terme à sa carrière politique le 12 octobre prochain. Déjà, à 41 ans. Déçue par la politique. A Lecce, sur la terrasse du bar Rudiae, à deux pas de la porte éponyme qui compte parmi les plus anciennes de la ville, elle reçoit Le Temps. Vu la température matinale, l’été ne semble jamais finir dans la capitale du Salento. A moins d’une semaine des législatives italiennes, les sujets de conversation ne manquent pas: intégrité politique, mise en œuvre du plan de relance européen, voire réduction des inégalités. Son verbe, haut en couleur, défile à la vitesse de l’éclair.