«Une mère m’a dit que c’était parfait. Son mari, Américain, voulait le bac international, tandis qu’elle, Suisse, souhaitait que leur enfant fasse la maturité», se réjouit Alain Moser, directeur de l’école privée qui a deux antennes suisses, à Genève (720 élèves) et à Nyon (350).

En mai 2023, des élèves de l’école Moser passeront leurs examens du baccalauréat international. Un mois plus tard, en juin, ils passeront cette fois-ci… leur maturité. Une seule formation, mais deux diplômes: c’est ce qu’a annoncé au Temps Alain Moser cette semaine.