Que dira Guy Parmelin à propos des relations bilatérales Suisse-Union européenne (UE) lorsqu’il rencontrera la présidente de la Commission Ursula von der Leyen vendredi à Bruxelles? Les spéculations vont bon train. Le Conseil fédéral lui a fixé le mandat lundi, mais aucun détail n’a filtré à ce stade. Le président de la Confédération a tout de même indiqué dans la presse dominicale qu’il n’entendait pas «jouer les Boris Johnson», se référant au premier ministre britannique qui a assumé un rôle de premier plan dans le Brexit. Guy Parmelin a donné un indice: «La Suisse ne veut pas sortir d’un accord mais trouver une solution pour le développer.»

Lire également: L’accord-cadre peut encore être sauvé