Pénurie. C’est le maître mot de ces dernières années. Il est partout question de manque d’énergie, d’embouteillages sur les chaînes logistiques engendrant des carences en tout genre, du papier-toilette à l’acier d’armature. Mais les bras et les cerveaux font également défaut. Les trois quarts des entreprises suisses rencontrent des difficultés à trouver du personnel qualifié, ce qui constitue un risque pour la croissance, pointait encore vendredi une étude de Manpower. Les situations évoluent pourtant, en bien ou non, selon les secteurs.