Presse

Les lecteurs suisses restent fidèles à leurs journaux

L'organisation Recherches et études des médias publicitaires rapporte que 93% des Suisses lisent un journal papier. «20 Minutes» reste le média le plus lu du pays

La baisse des recettes publicitaires de la presse écrite se poursuit mais le nombre de lecteurs résiste. Cette stabilité s’observe aussi bien pour la version imprimée que pour la version en ligne des médias de presse, d’après les derniers chiffres de l’organisation Recherches et études des médias publicitaires (REMP). Environ 93% de la population suisse lit régulièrement une édition papier d’une marque de médias reposant sur l’imprimé. Ce niveau, élevé, est comparable à celui de l’année précédente, indique mardi la REMP, se basant sur les derniers chiffres d’audience des médias suisses MACH Basic 2017-2.

La part d’utilisateurs en ligne de marques de médias imprimés est également restée stable sur la même période. Le rapport entre lecteurs papier et lecteurs en ligne s’est stabilisé à deux tiers pour un tiers. Les accès en ligne depuis un ordinateur de bureau sont en léger recul au profit des accès à partir d’un appareil mobile.

La migration de l’usage «papier» vers l’usage en ligne est encore présente, mais elle ne connaît plus l’ampleur des années passées, note la REMP.

Une érosion des ventes quasi générale

Dans le détail, 20 Minutes, avec ses pendants alémanique et tessinois, reste le média le plus lu de Suisse, avec une pénétration nette frôlant les 2,9 millions de personnes. L’édition en français a gagné 11 000 lecteurs depuis le dernier pointage en avril, atteignant 476 000 lecteurs.

Le Temps perd 5000 lecteurs en six mois pour son édition imprimée (de 108 000 à 103 000). Sa version en ligne est consultée par 44 000 utilisateurs. Perte également, une nouvelle fois, pour  Le Matin Dimanche (de 405 000 à 395 000) ainsi que pour Le Matin en semaine (de 235 000 à 234 000; en ligne 124 000). Parmi les «perdants», mais légers, figurent encore la Tribune de Genève (de 108 000 à 107 000; en ligne 75 000) et le Quotidien jurassien (de 44 000 à 43 000).

Le bimensuel économique Bilan connaît une forte érosion (de 57 000 à 47 000), de même que L’illustré (de 311 000 à 294 000) et le magazine des consommateurs Bon à Savoir (de 400 000 à 379 000). En baisse également, la revue spécialisée Terre & Nature, qui compte 4000 lecteurs de moins (de 108 000 à 104 000).

Lire aussi l’Opinion: Qui restera pour sauver la presse suisse?

A l’inverse, Le Nouvelliste gagne des lecteurs: avec +7000, c’est le quotidien romand qui connaît la plus forte hausse. Le journal valaisan passe de 105 000 à 112 000 lecteurs. La version en ligne compte 30 000 lecteurs.

Aucune fluctuation «significative»

Les chiffres des autres titres sont stables, voire en augmentation: le Journal du Jura (de 19 000 à 23 000), La Liberté (de 89 000 à 93 000), sans compter ses 500 lecteurs en Suisse alémanique, le gratuit GHI (Genève Home Informations), de 153 000 à 157 000). Les lecteurs de L’Express sont 2000 de plus (de 43 000 à 45 000). Toujours dans le canton de Neuchâtel, L’Impartial gagne 1000 lecteurs (de 30 000 à 31 000), tout comme les quotidiens vaudois La Côte (de 16 000 à 17 000) et 24 Heures (de 175 000 à 176 000; en ligne 76 000).

Reste que pour la REMP, aucune de ces fluctuations, qu’elle soit positive ou négative, n’est «significative». Le seul mouvement qualifié de tel en Suisse romande concerne LémanCombi Vaud (Lausanne Cités et Le Régional), qui passe de 193 000 à 171 000, ainsi que le magazine Pharmacie chez soi (de 139 000 à 118 000).

Lire aussi: La presse alémanique tente de se réinventer

En Suisse alémanique, le Blick poursuit son recul: il passe de 507 000 à 464 000 lecteurs sur la version papier. Autre poids lourd de la presse alémanique au recul marqué, le Tages-Anzeiger, qui passe de 461 000 à 417 000 lecteurs. Idem pour la SonntagsZeitung (de 628 000 à 581 000). Ces trois pertes sont considérées comme «significatives».

Le lectorat de la Neue Zürcher Zeitung passe de 259 000 à 247 000. Le SonntagsBlick recule de 588 000 à 563 000 et la NZZ am Sonntag de 416 000 à 405 000. Un autre hebdomadaire, la Weltwoche, dirigée par le conseiller national Roger Köppel (UDC/ZH), reste stable (de 191 000 à 190 000). Au Tessin, le Corriere del Ticino compte 102 000 lecteurs, le Giornale del Popolo 37 000. Ces deux titres étaient auparavant comptés ensemble. Leur rival de Bellinzone, La Regione, progresse, de 89 000 à 95 000. Le dominical Il Caffè passe de 81 000 à 80 000 et l’organe de la Lega Il Mattino della Domenica de 59 000 à 62 000.

Publicité