Un livre pétillant, déroutant, captivant, qui n'ambitionne nullement de résoudre une question fondamentale de l'économie. Un livre économique qui évite le pétrole, la globalisation, la Chine et la Bourse. C'est la vie quotidienne qui inspire son auteur. Qui l'amène à se demander la raison de tout et n'importe quoi. Un exemple clé: Pourquoi la criminalité américaine n'a jamais été aussi basse ces trente dernières années? L'auteur l'explique par la loi qui, depuis 1973, autorise l'avortement aux Etats-Unis. Cela après l'action en justice d'une femme de Dallas, Norma McCorvey, enceinte, pauvre et alcoolique.

Toutes les études montrent que l'environnement social et familial joue un rôle majeur sur l'avenir d'un enfant. Il y a donc moins de criminels aux Etats-Unis parce que, en réaction à la loi sur l'environnement, les enfants qui auraient pu devenir criminels ne sont simplement pas nés, selon Steven Levitt. L'auteur, professeur d'économie à l'Université de Chicago revendique l'idée de prendre des pistes innovantes pour répondre à ses innombrables questions. Celles-ci vont dans tous les sens: Pourquoi les trafiquants de drogue vivent chez leurs parents? Est-ce qu'une arme à feu est plus dangereuse qu'une piscine? Le sumo est-il un sport corrompu? Pourquoi l'argent d'une campagne électorale n'a aucune influence sur le résultat?

Ces thèmes se marient assez mal à l'économie, me direz-vous. Au contraire, comme l'explique l'auteur. L'économie c'est «la science des mesures». Un outil utile dans l'explication de quantité de phénomènes de la vie de tous les jours. Les chiffres, les corrélations, il adore. «Savoir ce qu'il faut mesurer et comment le mesurer rend un monde complexe beaucoup plus simple», selon lui. Sa passion, c'est l'analyse des incitations, «ce petit objet à l'étonnante capacité de tout changer». D'innombrables économistes réfléchissent aux incitations. Mais pas de cette façon. D'ailleurs il n'est pas n'importe quel économiste. Steven Levitt vient de recevoir un prix décerné uniquement tous les deux ans au meilleur économiste de moins de 40 ans, celui de l'American Economic Association. Bien sûr, tout le monde n'apprécie pas ce bestseller économique. Le magazine Barron's par exemple.

Pour le journal de Wall Street, ce livre, c'est «trivial pursuit» avec ses aventures au pays des étranges corrélations. Il est vrai que les découvertes de Steven Levitt sont parfois tirées par les cheveux. Et que d'autres conclusions font presque partie du sens commun. Mais l'attention portée aux incitations et à leur emploi est original. Et par sa construction, par l'absence de liens entre les questions, il permet toutes les interruptions de lecture qui accompagnent généralement un séjour à la plage ou à la piscine. Et peut servir d'introduction aux repas en ville.