La famille Agnelli possède 43,4% de «The Economist»

Médias L’éditeur Pearson a vendu ses parts

Trois semaines après avoir vendu le Financial Times, l’éditeur britannique Pearson a vendu mercredi ses parts dans The Economist Group, qui publie le célèbre magazine du même nom fondé en 1843, repris notamment par la famille italienne Agnelli.

Pearson a annoncé la vente de ses 50% dans The Economist Group pour 469 millions de livres (713 millions de francs). Cette part a été rachetée par Exor, la holding de la famille italienne Agnelli, ainsi que par The Economist Group lui-même. Exor, important actionnaire entre autres du groupe automobile Fiat Chrysler, va ainsi voir sa part passer de 4,7 à 43,4% du capital de The Economist Group.

Ce dernier possède notamment le magazine hebdomadaire The Economist, ainsi que The Economist Intelligence Unit, un cabinet d’analyses, mais aussi d’autres filiales comme CQ Roll Call (informations sur le Congrès américain) ou TVC (agence de marketing numérique).

Avec cette cession, Pearson poursuit sa stratégie de concentration sur ses activités dans le domaine de l’édition, notamment éducative. Le groupe a récemment vendu le FT Group – comprenant notamment le quotidien Financial Times – pour 844 millions de livres au groupe japonais Nikkei.

L’autre moitié de The Economist Group que ne possédait pas Pearson appartient à de grandes familles – Cadbury, Layton, Roth­schild et Schroder – ainsi qu’à des employés ou anciens employés.

1,4 million d’exemplaires

The Economist avait été fondé en 1843 par James Wilson, un fabricant de chapeaux écossais soucieux de faire avancer la cause du libre commerce face aux «Corn Laws», des lois protectionnistes dans le domaine de l’agriculture.

Publié tous les vendredis, The Economist est diffusé à plus de 1,4 million d’exemplaires, dont les quatre cinquièmes en dehors de la Grande-Bretagne, avec la moitié du lectorat aux Etats-Unis.