Théâtre «prêt-à-jouer» ou «sur mesure», Créadévelop, petite société de formation et communication basée à Genève, se lance aussi dans le théâtre d'entreprise, encore peu développé en Suisse. Equipée d'une petite troupe de comédiens locaux et de scénaristes avertis, elle propose non seulement des spectacles «prêts-à-jouer» sur différents thèmes récurrents du monde des entreprises, mais aussi des spectacles «sur mesure», montés à la demande du client, en fonction de problématiques spécifiques à l'entreprise. Almari Müller est responsable de Créadévelop:

Le Temps: Quel est l'avantage de cette méthode?

Almaric Müller: C'est un excellent outil de formation, visuel, qui implique les spectateurs et qui les marque. Mais c'est aussi un incomparable outil de communication, une façon suggestive, indirecte et surtout légère, de présenter une réalité qui pèse. Si l'on aborde les blocages directement, de façon théorique et dogmatique, les messages les plus délicats ne passent pas. Avec le théâtre, on joue la réalité caricaturée, on la révèle, sans pour autant accuser. Le jeu et l'humour permettent de dire les non-dits, de souligner les problèmes, sans blesser, sans agresser. Les spectateurs se remettent en question de leur propre chef, de manière constructive. C'est l'effet catharsis!

– Pourquoi cette formule répandue ailleurs n'existe-t-elle pas encore en Suisse?

– Il est vrai que nous en sommes aux balbutiements, puisque très peu de prestataires ne proposent cette formule, et qu'encore moins d'entreprises suisses ne connaissent son existence. C'est peut-être notre esprit «sérieux», un peu «rigide», qui nous a toujours fait préférer des méthodes plus conventionnelles. Mais les jeux de rôles, les mises en situation, viennent déjà souvent agrémenter les séminaires de formation aujourd'hui. On se rend de plus en plus compte que les méthodes connues ne suffisent pas, qu'il faut rechercher de nouveaux moyens pour communiquer avec des employés, des femmes, des hommes qui, dans le stress et l'incertitude du quotidien, ont aussi besoin de rire, de se détendre!

– Il reste un obstacle, son coût

– Je ne crois pas. Il est clair que les charges sont plus lourdes, puisqu'il faut payer les comédiens, les scénaristes. Mais l'investissement peut vraiment porter ses fruits car il est non seulement un détonateur pour l'évolution future, mais aussi un bon moment passé ensemble. D'ailleurs, les prestations des formateurs les plus réputés, consultants et autres, coûtent aussi très cher non?