L’une des compétences clés de Brady Dougan est de s’adapter très vite aux nouvelles circonstances. A la mi-juin, il avait critiqué la manière d’agir de la BNS, se disant «déçu » de son rapport dans la presse dominicale. Depuis, il a compris qu’il était vain de réaffirmer à chaque occasion que Credit Suisse était l’une des banques «les mieux capitalisées au monde» et qu’il valait mieux agir. Avec la série de mesures annoncées hier, la banque est désormais en avance sur le calendrier exigé par les instances de régulation.

Si cet effort a été salué par la BNS et a visiblement rassuré les marchés concernant la solidité des fonds propres de la banque, l’impact de ces mesures est plus difficile à évaluer pour les actionnaires minoritaires. Certes, Credit Suisse a précisé que 80% des mesures prises n’entraîneront pas d’effet de dilution pour les actionnaires existants. Qu’en est-il du reste ? La banque Vontobel anticipe un effet de dilution de 15% pour le titre. Une crainte partagée par plusieurs autres analystes. Les investisseurs qui ont vu dégringoler le titre ces derniers mois peuvent se réjouir d’une banque plus robuste. Mais ils devront encore patienter pour récupérer l’entier de leur mise.