La région du lac Majeur pourrait être l’exemple type des difficultés que traverse le tourisme suisse, avec un recul des nuitées de 6,2% sur les quatre premiers mois de l’année. Au Tessin, on ne baisse toutefois pas les bras. «Nous sommes tout à fait optimistes: il y a effectivement eu une diminution des nuitées, mais notre région continue à plaire», veut se convaincre Eliana Blättler de l’office du tourisme de la région.

Pour l’ensemble de la saison d’été, l’institut conjoncturel bâlois BAK n’en prévoit pas moins une nouvelle baisse des nuitées. Le recul pourrait s’établir à 1,7% par rapport à la même période de l’année précédente. «La demande nationale devrait avoir un effet stabilisateur (+ 0,6%), alors que la demande étrangère, hypothéquée considérablement par un franc toujours fort, enregistrera probablement un recul de 3,4%», anticipe l’économiste du BAK Christian Hunziker.

«Selon les informations dont nous disposons, le niveau de réservation se situe à un niveau inférieur à celui de l’an dernier, qui était déjà bas», complète Alexander Rechsteiner d’hotelleriesuisse, l’organisation faîtière. «Nous nous attendons à un recul marqué des pays de la zone euro», conclut pour sa part Alain Keller de Suisse Tourisme.