MSC Gülsün a amarré dans un port de Shanghai la semaine dernière. Le navire de l’armateur genevois MSC était le plus gros porte-conteneurs du monde quand il a fait son voyage inaugural cet été, de Chine en Allemagne. Fort de ses 400 mètres de long (soit quatre terrains de football) et ses 62 mètres de large, il peut transporter 23 756 conteneurs. Soit 223 millions de bananes, 86 millions de paires de chaussures, 8,35 millions de fours à micro-ondes, 2,94 millions de machines à laver ou 47 512 voitures. Les économies d’échelle et la technologie font que, par cargaison, jamais un bateau n’a été aussi respectueux de l’environnement.

Exactement comme un passager chez EasyJet. Jamais il n’a émis aussi peu de CO2 en volant avec la compagnie que l’an dernier: 77,07 grammes par kilomètre. En 2015, ce chiffre était supérieur à 80; en 2008, il avait dépassé les 90 et en 2004, il excédait la centaine. Cette année-là, le transporteur avait pourtant émis en tout 4,3 millions de tonnes de CO2, un chiffre qui, lui, n’a pas cessé de croître depuis et qui devrait avoisiner les 8,5 millions en 2020…

Un logicien du XIXe siècle

En économie, on parle d'«effet rebond» ou de «paradoxe de Jevons». Un logicien britannique, William Jevons, a écrit en 1865 The Coal Question, un livre dans lequel il énonce qu’à mesure qu’une technologie accroît l’efficacité avec laquelle une ressource (en l’occurrence le charbon) est employée, la consommation totale de cette dernière augmente au lieu de diminuer. Les gains environnementaux obtenus grâce à une amélioration de l’efficacité énergétique d’un produit sont autrement dit annulés par une hausse de son utilisation.

Breakthrough Institute, un centre de recherche américain, a estimé dans une enquête en 2011 que l’effet rebond peut in fine accroître les émissions de carbone. Neuf ans plus tard, on demeure dans une telle contradiction, des écrans numériques, omniprésents grâce à leur faible épaisseur, aux instruments de cuisine. A la suite de la diffusion massive de poêles à bon rendement énergétique à Khartoum, la consommation d’énergie pour cuisiner a augmenté de 40%, selon une étude soudanaise.

Idem avec l’air conditionné, jadis rare et onéreux. Au sud des Etats-Unis, dans les Emirats et de plus en plus sous les tropiques, les voitures en sont désormais tellement équipées qu’un résident de Las Vegas a pu les considérer comme des «dispositifs de transport de la climatisation entre les bâtiments».

Lire aussi: Il traque le gaspillage énergétique

Le magazine New Yorker renchérit avec l’exemple des frigidaires. Après la guerre, les premiers modèles étaient petits, énergivores, chers et donc rares, mais des versions plus efficaces les ont rendus plus attractifs. Résultat: les nouvelles générations sont plus grandes et pullulent. Globalement jamais autant d’électricité n’a été utilisée pour rafraîchir nos aliments et on gaspille des quantités record de nourriture. La croissance du volume du réfrigérateur outre-Atlantique a été similaire à celle de l’indice de masse corporelle américain, relève le New Yorker. Une conséquence induite? Les successeurs de Jevons la désignent comme un «effet rebond indirect».

Là aussi les exemples abondent: une maison mieux isolée donne accès à des liquidités qui peuvent être réinvesties dans l’achat d’une deuxième voiture. Le temps gagné grâce aux nouveaux moteurs permet de voyager plus loin. Le train à grande vitesse contribue à urbaniser les zones rurales proches des gares et à stimuler les échanges. EasyJet redonne vie, ou étouffe, les villes qu’il dessert.

Encadrer le paradoxe de Jevons

Il faut se rendre à l’évidence: pour réduire la consommation, l’efficacité ne suffit pas. Or aucun principe économique ne propose de solution pour se dépêtrer de l’effet rebond.

Que fait-on dans un tel cas? On encadre. En sensibilisant les foules, par le biais d’incitations (des subventions aux taxes), sinon d’interdictions. Pourquoi ne pas taxer les économies réalisées sur les gains en efficacité et réinvestir l’argent récolté dans un projet durable? Mathis Wackernagel, le président de l’organisation suisse Global Footprint Network, a défendu une telle idée, mais aucun politique ne l’a mise en œuvre. Malgré l’urgence climatique et les nombreux discours sur le nouveau capitalisme.

En attendant, la spirale continue. Depuis cet été, MSC a mis en service quatre bateaux de la même taille que le Gülsün et, en avril, le Coréen Hyundai Merchant Marine prévoit d’inaugurer un modèle encore plus grand, le premier d’une série de 12 géants des mers.