Plus un système fiscal est simple, plus il est efficace. Telle est la conclusion d'une enquête menée par la Banque mondiale et le cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers et publiée la semaine dernière.

Le rapport de 54 pages, intitulé «Paying Taxes. The Global Picture» (Payer des impôts. Image globale), relève que «les régimes fiscaux appliquant des taux marginaux élevés et truffés d'exceptions tendent à être moins efficients en termes d'épargne, d'investissement et de créations d'emplois». Au contraire, «les systèmes simplifiés favorisent la croissance économique et sont bénéfiques aussi bien aux gouvernements qu'aux entreprises privées».

Dans le classement opéré dans l'enquête, qui considère aussi bien le taux total d'impôt pesant sur les entreprises que la simplicité ou la complexité des déclarations fiscales, la Suisse est l'un des pays les mieux notés avec une septième place. Une position voisine de concurrents tels que l'Irlande ou Singapour, mais nettement plus intéressante que celle des grandes économies développées (voir tableau).