Prix Swiss Venture Club

Léguriviera ou l’ascension d’un primeur

La PME vaudoise, finaliste du prix Swiss Venture Club, approvisionne des restaurateurs, hôtels ou hôpitaux de toute la Suisse romande. Elle effectue 900 livraisons par jour

Les PME à l’honneur

Tous les deux ans, le Swiss Venture Club (SVC) récompense une PME familiale qui s’inscrit dans la pérennité. Après une pré-sélection et la visite de six entreprises finalistes, le jury – composé d’une quinzaine de personnalités de l’économie romande, auquel participe Le Temps - a établi un classement qui sera révélé jeudi 8 novembre au SwissTech Convention Center de l’EPFL. D’ici là, chaque lundi, une PME finaliste au prix SVC sera présentée dans Le Temps, selon un ordre alphabétique.

Basilic grec, fenouil sauvage, courgette violon ou citron caviar. Ces produits rares sont parfois recherchés par les restaurateurs. Et Léguriviera met un point d’honneur à répondre à leurs désirs. «Nous faisons du sur-mesure. Si un client recherche des yuzus ou des limes de Perse, j’appelle Niels Rodin à Gland, un maraîcher spécialiste de l’agrume», affirme David Lizzola, le patron de cette PME vaudoise qui approvisionne 1000 établissements par jour.

L’ami des restaurateurs entretient des contacts étroits avec toute une série de producteurs locaux, français et italiens mais aussi des maraîchers qui se situent bien au-delà des frontières. Le chef d’entreprise sélectionne méticuleusement ses producteurs. Il ne cherche pas seulement des productions bios mais négocie également avec des maraîchers qui cultivent en pleine terre, avec des conditions d’hygiène et de travail irréprochables.

Léguriviera, qui se définit comme un lien entre les maraîchers et les chefs de cuisine, ne travaille pas uniquement avec des restaurateurs étoilés. Les 50 camions de la PME sillonnent toute la Suisse romande et approvisionnent aussi bien les restaurants d’entreprises, des hôpitaux, des palaces, des pizzerias que des boulangers. «Le client peut passer commande à 23 heures. Il sera livré à 6 heures du matin, précise David Lizzola, qui honore toutes ses commandes 360 jours par année. Nous effectuons 1000 livraisons par jour et traitons 15 000 tonnes de fruits et légumes par année.»

Laboratoire à Aclens

A Aclens (VD), il faut s’armer d’une combinaison blanche, mettre une charlotte sur la tête et des chaussons si l’on souhaite franchir la porte du laboratoire. Les températures y sont glaciales. Des femmes épluchent, évident et émincent les produits pour proposer des salades déjà composées ou des fruits coupés en morceaux. «Nous disposons d’une surface de stockage de 800 m2 en chambre froide et 100 m2 de congélation», précise David Lizzola en faisant la visite des lieux.

Les oignons fraîchement émincés font sortir les larmes des visiteurs du jour. David Lizzola et son équipe semblent, de leur côté, habitués au froid polaire et à l’humidité. Dans une deuxième salle, de la salade et des tomates sont délicatement déposées dans des coupelles en plastique qui partiront rejoindre les étals de plusieurs boulangers.

Rapide croissance

Ancien employé de commerce à la Coop de Renens, David Lizzola a décidé à 22 ans de se mettre à son compte avec pour seul outil un camion réfrigéré. Après trois années difficiles où il roule la nuit et tente de se faire un nom, il décroche un premier client important: le Casino Barrière de Montreux. L’entrepreneur grandit vite et rachète la succursale de Vevey du négociant genevois Bourgeois Primeurs. Puis, il reprend Légufruits à Villars-Sainte-Croix, puis Rumo Primeurs et la société Bourgeois Primeurs à Genève.

Au printemps 2015, Léguriviera ouvre aussi une succursale à Genève avec sa propre plateforme de logistique. La PME inaugure les épiceries Ratatouille à Vevey, Crans-Montana et Montreux. «Ces points de vente mettent en avant nos propres produits et sensibilisent nos visiteurs à l’importance de travailler avec des fruits et légumes de saison et de proximité. Nous y valorisons les producteurs locaux que nous poussons à cultiver autre chose que des patates et des carottes», dit avec humour David Lizzola.

En dix-sept ans, le groupe, dont le siège est à Villars-Sainte-Croix (VD), est passé de 1 à 230 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de plus de 50 millions de francs, en croissance annuelle de 12% par année. «Le développement du marché et notre expansion sur le canton de Genève nous ont amenés à ouvrir une nouvelle succursale à Carouge près de Genève», précise le fondateur de l’entreprise, qui cherche désormais des terrains pour regrouper tous ses services. Leader du marché romand, Léguriviera travaille sur un marché très concurrentiel. La taille de la société n’est pas assez grande pour déranger des géants de l’agroalimentaire tels Coop ou Migros. «En revanche, nous sommes complémentaires», tient-il à ajouter.

Publicité