En septembre 2008, Barclays avait racheté l’activité de courtage de Lehman Brothers aux Etats-Unis à la suite de la faillite retentissante de la célèbre banque d’investissement américaine. Pour récupérer l’ensemble des actifs commerciaux américains de Lehman Brothers, la banque britannique avait alors déboursé seulement 1,54 milliard de dollars ainsi que 4,2 milliards de dollars de reprise de dette.

Dans une plainte déposée lundi auprès de la Cour des faillites américaine de Manhattan (New York), Lehman estime que la vente a été «arrangée secrètement dès le début pour fournir à Barclays un bénéfice qui n’était pas prévu» et dont le juge des faillites n’a pas été informé à l’époque.

Lehman reproche à Barclays de s’être vu attribuer quelque 7 milliards de dollars d’actifs en trop lors de la transaction, auxquels s’ajoutent 5 milliards une fois la vente conclue.

Ces transferts d’actifs ont été réalisés sans être rendus public ni avoir fait l’objet d’un paiement supplémentaire de la part de Barclays, selon la banque américaine. Lehman met notamment en cause le rôle de plusieurs de ses dirigeants de l’époque qui ont pris part à la transaction avant de rejoindre Barclays Capital.