Électronique

L’emblématique patron de Sony quitte le premier plan

Devenu une figure de la culture internet, le directeur général Kazuo Hirai a remis le groupe japonais sur le chemin de la croissance. Il cède sa place au directeur financier, Kenichiro Yoshida, tout en gardant le poste de président

Kazuo Hirai n’est plus le boss. Dans un communiqué publié vendredi 2 février, le japonais Sony a annoncé qu’il abandonnait ses fonctions de directeur général. Il sera remplacé, à partir du 1er avril, par le directeur financier Kenichiro Yoshida et prendra la présidence du conseil d’administration, un poste non opérationnel, plus en retrait.

Le dirigeant avait pris les commandes de Sony au printemps 2012, alors que le groupe était en plein marasme, phagocyté par le constructeur sud-coréen Samsung sur les marchés du smartphone et de la télévision, concurrencé par l’américain Microsoft sur le segment des consoles de jeu vidéo haute définition et à la peine sur le marché informatique avec sa coûteuse gamme VAIO.

Un départ surprenant

Sous sa direction, Sony a entrepris une importante restructuration et s’est débarrassé, notamment, de son activité de PC. Il a recentré ses smartphones sur le milieu et le haut de gamme et, surtout, reconquis la place d’écrasant numéro un des consoles de jeu grâce au succès de la PlayStation 4, qui a contribué au redressement des comptes de l’entreprise. Il s’en est écoulé 67 millions d’exemplaires en quatre ans.

L’annonce de ce départ a surpris, y compris dans les plus hautes sphères de Sony, rapporte l’agence américaine Associated Press (AP). Kazuo Hirai quitte la présidence sur des résultats financiers très positifs. Sur les neuf premiers mois de son exercice fiscal 2017-2018, Sony a vu son bénéfice net multiplié par dix.

Seule ombre au tableau: le discret ralentissement des ventes de PlayStation 4 au quatrième trimestre 2017. Pour le reste, l’entreprise japonaise a revu ses prévisions à la hausse et table désormais, pour la fin mars, sur un bénéfice net annuel record de 480 milliards de yens (4 milliards de francs), multiplié par plus de six par rapport à 2016-2017, au lieu des 380 milliards de yens escomptés fin octobre.

Un spectaculaire renversement

«Je me réjouis d’entendre de plus en plus de gens se féliciter que Sony soit de retour, a déclaré Kazuo Hirai dans un communiqué. Alors que le groupe prépare un nouveau plan de développement, je considère que c’est le moment idéal pour passer le relais à une nouvelle direction, pour l’avenir de Sony, comme pour me permettre d’ouvrir un nouveau chapitre de ma vie.»

Né en 1960, à Tokyo, diplômé de la prestigieuse International Christian University, Kazuo Hirai est entré au sein du service marketing de Sony Music en 1984. Il a rejoint, en 1995, le secteur qui le fera connaître, le jeu vidéo, au sein de Sony Computer Entertainment America. Il deviendra président de toute la division en 2006, deux semaines après le lancement de la PlayStation 3.

Parfaitement anglophone, il a présenté, à de nombreuses reprises, les conférences de Sony lors des salons de jeu vidéo en Occident. Autant d’interventions qui ont contribué à le faire connaître des joueurs et à le rendre célèbre sur Internet.

2013: année charnière

Même s’il reste associé à quelques-uns des moments les moins convaincants de l’histoire de la firme. Comme l’annonce du prix très élevé de la PlayStation 3 en 2006 (599 dollars et 599 euros en Europe); la présentation dans un silence de cathédrale d’un jeu des années 1990, Ridge Racer, sur la console portable dernier cri du constructeur, la PS Portable, cette même année; ou les excuses de la firme après le piratage du PlayStation Network, en 2011.

Un épisode de la série animée parodique South Park met en scène Kazuo Hirai dans un combat de catch de bureau, écrasé par Bill Gates, dans une vision détournée du match entre Xbox (Microsoft) et PlayStation. Sur Internet, de nombreux mèmes, des détournements parodiques, s’amusent à le placer dans des situations comiques – une notoriété que lui-même prend avec humour.

La situation a néanmoins changé ces dernières années. Depuis le lancement réussi de la PlayStation 4 en 2013, marqué par un prix agressif, un catalogue dynamique et une communication flattant l’ego des joueurs, «Kaz» est devenu le visage d’un Sony séduisant, conquérant, que l’on ne peut plus arrêter.

C’est la «kazification», comme les internautes de NeoGAF, l’un des principaux forums de jeux vidéo au monde, surnomment ce spectaculaire renversement de tendance. Il a par ailleurs donné son nom à KazHiraiCEO, l’un des comptes parodiques les plus suivis et amusants de la twittosphère du jeu vidéo. Coïncidence: ce dernier avait annoncé en septembre 2017 qu’il cesserait bientôt son activité.

Publicité