Prévoyance

L’empire des caisses de pension ne cesse de s’étendre

Les caisses de pension gèrent 41 355 milliards de dollars, soit 67% du produit intérieur brut (PIB) mondial, après une hausse de 50% en dix ans. En Suisse, elles gèrent l’équivalent de 133% du PIB, ce qui place le pays au septième rang mondial, selon Willis Towers Watson

Les caisses de pension détiennent une part croissante du gâteau de la gestion des capitaux dans le monde. En 2017, leurs avoirs ont augmenté de 4800 milliards de dollars, soit de 13%, dans les 22 principaux pays analysés au sein de la «Global Pension Assets Study», un document publié mercredi par le consultant Towers Willis Watson. La progression, qui peut paraître exceptionnelle, doit être relativisée. En comparaison, un portefeuille composé à 60% d’actions internationales et à 40% d’obligations a en effet gagné 16,4% l’an dernier.

Avec 41 355 milliards de dollars en leur sein, les fonds de pension représentent 67% de l’économie des 22 principaux marchés et atteignent un montant supérieur de 50% à celui de 2007. Leur taille équivaut au total des fonds de placement et à plus de six fois l’argent géré par les fonds souverains du monde entier.

Une progression constante sur vingt ans

En Suisse, le septième plus grand marché avec une part de 2,2%, les instituts de prévoyance gèrent 906 milliards de francs (sans tenir compte des fonds gérés par les assurances). Ce total correspond à 133% du PIB (112% en 2007) et dépasse ainsi la moyenne mondiale, située à 67%, même s’il n’est pas le plus élevé du monde. Aux Pays-Bas, les fonds gérés par les caisses de pension atteignent 193,8% du PIB.

A lire aussi: Comment investir dans sa caisse de pension?

La progression des fonds de pension est impressionnante. Sur vingt ans, la hausse annuelle (en dollars) est de 5,8% en Suisse, contre 6,2% dans le monde. Le marché américain est leader mondial, avec 61,4% du total, devant le Royaume-Uni, avec 7,5%.

Des marchés florissants

Les chiffres sont «certes réjouissants, mais les marchés sont aussi exceptionnellement florissants», estime Stephan Wildner, responsable de la prévoyance au sein de Willis Towers Watson en Suisse.

A lire aussi: Les fonctionnaires vaudois épargnés par un nouveau plan de retraites

Ce dernier se félicite de la hausse du rapport entre les actifs des fonds de pension et le PIB ainsi que de l’amélioration de la gouvernance. La professionnalisation de la gestion institutionnelle se traduit aussi par la diminution du «biais domestique» au cours des vingt dernières années. En effet, la pondération des actions locales a chuté de 68,7% en 1998 à 41,1% en 2017.

Toujours moins d’actions en portefeuille

La Suisse présente la pondération la plus uniforme des expositions, avec des proportions presque égales entre les actions (33%), les obligations (34%) et les autres actifs – surtout l’immobilier. Elle dépasse aussi les autres pays en termes d’allocation aux actifs étrangers, sans doute en raison de l’environnement de taux négatifs, selon l’étude.

Le consultant constate une baisse marquée de la part des actions dans les fonds de pension. Elle est passée de 57 à 46% au sein des sept principaux marchés.

La gestion des risques et la diversification restent des priorités dans la politique de placement, ainsi qu’en témoigne la forte hausse des actifs non cotés. Celle-ci est passée de 4% en 1997 à 20% actuellement. «Des stratégies de plus en plus sophistiquées ont été développées pour élargir les possibilités de diversification», constate Jérôme Franconville, responsable des services d’investissement de Willis Towers Watson en Suisse.

Publicité