La situation de l'emploi en Suisse reste excellente et s'est même améliorée au premier trimestre, malgré les craintes de fléchissement conjoncturel. Les prévisions de l'Office fédéral de la statistique (OFS), publiées jeudi, sont également optimistes pour le deuxième trimestre. Une autre enquête, effectuée par la société de recrutement fixe et temporaire Manpower, souligne même qu'une pénurie de personnel menace la croissance de certains secteurs.

Par rapport aux trois premiers mois de l'année passée, les actifs occupés ont augmenté entre janvier et mars 2008 de 2,6%, à 4,5 millions de personnes. Le nombre d'emplois s'est accru pour sa part de 2,8% pendant la même période. La progression des emplois au premier trimestre est sensiblement la même dans les secteurs secondaires (+2,7%) et tertiaire (+2,8%).

Boom dans l'horlogerie

La plus forte progression en rythme annuel dans le secteur secondaire concerne les branches «instruments médicaux et de précision, horlogerie» (+7,8% ou 6900 emplois supplémentaires). La construction a également progressé de 1,9% ou 5700 emplois.

Dans le secteur tertiaire, deux domaines d'activités se distinguent: les branches «santé et activités sociales» (+2,8% ou 12800 emplois supplémentaires) et «services aux entreprises» (+3,3% ou 11600 emplois), en particulier les informaticiens. Concernant les actifs occupés, les chiffres démontrent une progression dans toutes les catégories: hommes (+2,2%), femmes (+3%), Suisses (+2%), étrangers (+4,2%).

Selon l'OFS, les indicateurs avancés permettent de considérer avec optimisme l'évolution de la situation au deuxième trimestre également. Ainsi, l'indicateur des prévisions d'évolution de l'emploi se situe à 1,08 point, en hausse de 0,3%. Un indicateur supérieur à l'unité signifie que la majorité des entreprises pense maintenir ou augmenter l'effectif de son personnel.

En Suisse, 36% des 786 entreprises sondées pour la troisième enquête Manpower rencontrent des problèmes de recrutement de personnel qualifié. Sur dix domaines d'activité concernés par la pénurie, l'économie manque tout particulièrement d'ouvriers qualifiés dans les métiers spécialisés du bâtiment. Electriciens, charpentiers et menuisiers figurent en tête, suivis par les techniciens et les ouvriers de production.

Ce manque de collaborateurs, annoncé depuis 2006, s'intensifie et devient une réelle menace pour la croissance économique. «La situation est très préoccupante car, dans les prochaines années, les répercussions de l'évolution démographique vont encore aggraver le phénomène», commente Charles Bélaz, directeur général de Manpower Suisse. Parmi les principales propositions pour remédier à cette pénurie de personnel qualifié, le rapport souligne l'importance de la formation professionnelle et continue, l'apport possible des flux migratoires, ainsi qu'une meilleure intégration des minorités dans le monde du travail.