Les Amis de la Constitution ont déposé ce jeudi près de 187 000 signatures* pour le référendum contre le certificat vaccinal, aux côtés des deux autres comités référendaires, le «Réseau Choix vaccinal» et Aktionsbündnis Urkantone (groupe d'action des cantons de Suisse primitive). Cette nouvelle force politique anti-institutionnelle révélait fin juin au Temps avoir disposé de plus d’un million de francs pour sa campagne contre la loi covid, acceptée en votation populaire le 13 juin. D’où provient ce petit magot? De deux sources de financement: les cotisations des quelque 12 000 membres et les dons, notamment d’entreprises. Parmi ses dernières, une seule est apparue dans le tout-ménage que les Amis de la Constitution ont envoyé aux foyers suisses en juin dernier: Zug Capital, une société active dans les cryptomonnaies. Qui n’a rien dévoilé d’autre que son nom à cette occasion.

Zug Capital s’est payée l’unique publicité de cette publication de 16 pages, dont 11 sont consacrées à la loi covid et quatre à la loi fédérale sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme. La 16e et dernière présente sobrement Zug Capital comme un «service de minage de cryptomonnaies», avec un logo et une adresse internet. Cette dernière ne renvoie pas vers un site classique qui décrirait la société, ses activités et ses éventuels dirigeants. Mais vers un classement de fournisseurs de services dans le domaine des cryptomonnaies, Zug Capital est citée une centaine de fois, au milieu d’autres spécialistes des cryptos (lire ci-dessous).

On y trouve aussi l’adresse du site web de la société et une adresse email, qui n’a pas répondu à nos demandes de renseignement. L’entreprise est présente sur Twitter depuis avril 2020, où elle a posté en tout et pour tout deux messages, mais échange régulièrement avec des utilisateurs de son service, apparemment. Son profil sur le réseau social mentionne Zoug comme localisation. Mais le Registre du commerce du canton ne contient aucune société de ce nom. L’adresse IP reliée à son site web renvoie vers Francfort, en Allemagne.

Un jeune entrepreneur établi à Zoug

Coprésident des Amis de la Constitution, Werner Boxler nous a répondu ne pas connaître personnellement le ou les dirigeants de Zug Capital, avant de nous renvoyer vers la coprésidente et trésorière de l’association, Marion Russek. «Il s’agit d’une entreprise suisse, dirigée par un jeune entrepreneur établi à Zoug et qui partage nos idées, nous a-t-elle répondu. Si vous n’avez pas trouvé son nom, c’est peut-être qu’il veut rester discret et je tiens à respecter ça.»

Lire aussi: Les Amis de la Constitution, un mouvement rebelle qui compte durer

On n’aura pas davantage de détails sur l’identité de ce sponsor, si ce n’est qu’il s’est montré «très généreux», finançant l’intégralité du tout-ménage dans lequel sa société apparaît. Selon La Poste, il faut compter dans les 650 000 francs pour envoyer un document de ce genre sur l’ensemble du territoire, vers 4,4 millions de boîtes à lettres. Ou 270 000 francs environ si l’on s’en tient à 1,8 million d’envois. «C’est bien moins que ça», précise Marion Russek, qui parle d’un coût de l’ordre de 80 000 francs la seule impression du tout-ménage, tiré à 1,6 million d’exemplaires.

«Deux cents à 300 nouveaux membres par semaine»

La trésorière n’est guère plus loquace sur les finances des Amis de la Constitution et ne souhaite pas confirmer ou infirmer l’enveloppe d’un million consacrée à la campagne sur la loi covid. Elle nous précise cependant que les Amis de la Constitution comptent près de 12 000 membres, qui s’acquittent d’une cotisation de 50 francs s’il s’agit d’individus et de 500 francs pour les entreprises. Tous les actifs sont bénévoles. «Mais 90% de nos adhérents sont des privés et chaque semaine, nous enregistrons 200 à 300 nouveaux membres», glisse Marion Russek. Les dons fournissent selon elle «l’argent supplémentaire qui permet de faire campagne, mais nos ressources restent très limitées par rapport aux sommes que l’on entend parfois pour une campagne, de l’ordre de deux millions».

*Chiffre mis à jour vendredi 9 juillet

Complément:

C’est quoi un validateur?

Zug Capital est un validateur, c’est-à-dire un acteur qui effectue des tâches nécessaires au fonctionnement des réseaux hébergeant des cryptomonnaies. Ces missions peuvent consister à vérifier des transactions ou de manière générale à participer à la sécurité du réseau. Mais pour cela, il faut détenir des cryptomonnaies, et plus on détient, plus on se fait confier des tâches et plus on est récompensé pour cela. En pratique, des clients attribuent une partie de leurs cryptomonnaies à des validateurs (on parle de «staking») et ces derniers partagent les récompenses qu’ils reçoivent en cryptomonnaies avec leurs clients.

Lire aussi: Un lexique pour tout savoir sur la blockchain

Cette relation entre clients et fournisseurs de service implique un certain niveau de confiance. C’est la raison d’être des sites de classement comme celui auquel renvoie l’adresse internet zugcapital.com mentionnée dans la publicité de Zug Capital. Les utilisateurs votent pour les différents validateurs, selon l’expérience qu’ils en ont eue, le niveau des commissions prélevées etc. Un validateur peut se résumer à un serveur assez puissant, qui peut être localisé n’importe où, décrit un bon connaisseur des cryptomonnaies.