énergie

L’éolien terrestre allemand bat de l’aile

Licenciements, baisse des nouvelles installations, blocages administratifs, opposition des riverains, le secteur de l’éolien terrestre est en crise. Or sans lui, l’Allemagne ne tiendra pas ses engagements climatiques

Le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier, a reçu cette semaine deux lettres incendiaires. La première lui a été envoyée par dix ministres régionaux de l’Environnement, issus du parti écologiste. «Le développement de l’énergie éolienne est sur le point de prendre fin», constatent ces élus qui ne dénoncent «rien de moins que la liquidation de l’une des industries clés du XXIe siècle». L’autre lettre rédigée, entre autres, par la Fédération de l’industrie allemande (BDI) et par celle de l’énergie éolienne (BWE) va dans le même sens. «Les restrictions prévues remettent en question l’atteinte des objectifs de la politique énergétique et climatique fédérale», constatent ces organisations.

La raison de ce tollé réside dans la publication, cette semaine, d’un projet de réglementation fédérale controversé. Il prévoit d’instaurer une distance de 1 kilomètre entre toute nouvelle éolienne et une zone d’habitations, constituée d’au moins cinq maisons. A l’origine, le gouvernement souhaitait répondre à la colère croissante des riverains. Le nombre de procès intentés a en effet explosé, ces dernières années, ce qui ralentit les procédures d’installation de nouvelles éoliennes.