Corruption

Leonardo DiCaprio empêtré dans l’un des plus grands scandales financiers du XXIe siècle

La star hollywoodienne, qui est dans le viseur des autorités américaines, s’est retirée de la collecte de fonds pour la campagne d’Hillary Clinton. Le Fonds suisse Bruno Manser appelle l’acteur oscarisé à rendre son «argent sale» provenant de Malaisie, dont une partie aurait servi à organiser des orgies entre amis

La pression monte contre Leonardo DiCaprio. La célébrité mondiale aurait touché des dizaines, voire des centaines de millions de dollars détournés du fonds malaisien 1MDB. L’affaire tentaculaire, qui fait l’objet de nombreuses procédures pénales à travers le monde, dont une en Suisse, menace de faire tomber l’homme fort de Kuala Lumpur Najib Razak. «Nous exigeons de l’acteur qu’il s’excuse et qu’il restitue l’argent perçu ayant été volé au peuple malaisien», martèle depuis la semaine dernière Lukas Straumann, directeur du Fonds bâlois Bruno Manser de défense de la forêt tropicale, qui avait déjà saisi en décembre 2014 le parquet fédéral au sujet de ce qui allait quelques mois plus tard devenir l’un des plus grands scandales financiers du XXIe siècle.

Lire aussi: 1MDB, le scandale financier de la décennie en 5 questions

Pour l’heure, Leonardo DiCaprio ne fait pas l’objet d’accusations directes de la justice. Mais il a dernièrement été approché par les autorités américaines (1), depuis qu'il a été identifié sous l’euphémisme «acteur hollywoodien 1» dans le cadre de l’enquête outre-Atlantique. On parle ici du blanchiment de 3,5 milliards de dollars, dont 1 milliard est en voie d’être saisi par les tribunaux américains. Ces derniers font état de liens étroits entre l’acteur hollywoodien et deux personnages centraux, soupçonnés d’avoir orchestré le pillage d’1MDB: Jho Low et Riza Aziz. Le premier est un milliardaire malaisien à l’origine, notamment, de la disparition de 700 millions de dollars via l’antenne genevoise de PetroSaudi. Le second est le beau-fils du premier ministre malaisien, fondateur de Red Granite Pictures, dont l’unique film «Le Loup de Wall Street» (2013) aurait été financé avec l’argent soustrait des caisses publiques malaisiennes.

Virées mémorables à Las Vegas

La star hollywoodienne, catapultée d’après les médias américains dans «une situation embarrassante et potentiellement périlleuse juridiquement», a subitement annulé la semaine dernière sa collecte de fonds pour la campagne présidentielle d’Hillary Clinton. Version officielle: un conflit d’agenda. Mais d’après la presse locale, ce serait la publicité autour des «mauvaises fréquentations» de Leonardo DiCaprio qui serait à l’origine de ce retrait. Justin Timberlake et Jessica Biel ont remplacé au pied levé, mercredi, l’ex-tête d’affiche du «Titanic», pour assurer une soirée qui a moissonné quelque 33 400 dollars par participant.

Lire aussi: Genève plaque tournante du scandale financier en Malaisie

Le FBI chiffre la contribution indue d’1MDB à la production du dernier long-métrage de Riza Aziz et à la levée de fonds pour tourner «Papillon», un remake du film de 1973 avec Steve McQueen et Dustin Hoffman, à 100 millions de dollars. Les enquêteurs estiment que d’autres montants issus du scandale de corruption en Malaisie auraient servi à sponsoriser des virées à Las Vegas, l’achat d’œuvres d’art – certains tableaux dormiraient encore aux Ports francs à Genève –, d’immobilier de luxe et de jets privés, ainsi que l’organisation d’orgies mémorables et autres convivialités arrosées.

Des jacuzzis de champagne

Les liens entre Jho Low, Riza Aziz et Leonardo DiCaprio dateraient de 2010. Les trois hommes ont été vus ensemble sur les gradins de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud. Tout comme à l’époque dans différents clubs de nuit, dont le Hakkasan, appartenant à Khadem al-Qubaisi, ex-dirigeant du fonds souverain émirati IPIC et de la Falcon Private Bank, lequel fait l’objet de poursuites pénales en Suisse et ailleurs pour son rôle dans le scandale 1MDB. C’est d’ailleurs au Hakkasan, à en croire le témoignage du rappeur O.T. Genasis, que les trois acolytes ont été vus en 2014 lors des 40 ans de Leonardo DiCaprio en train «d’arroser les murs avec du champagne pour au moins 1 million de dollars, dont des bouteilles d’As de Pique à 50 000 dollars l’unité», la marque française dont la distribution aux Etats-Unis est détenue par le rappeur Jay Z.

Parmi les autres dépenses incriminées, faisant l’objet d’investigations de la part du FBI, figurent des frais de casino, soit une cagnotte de 11 millions de dollars, que se seraient partagée Jho Loe, Riza Aziz et l’acteur oscarisé à partir de 2012. Mais aussi la statuette des Oscars de Marlon Brando pour son film «Sur les quais» (1954), un cadeau offert à Leonardo DiCaprio estimé à 600 000 dollars.

Lire aussi:  Les victimes suisses du scandale malaisien brisent le silence

(1) Mise à jour le 1er septembre: contrairement à ce que nous avons d'abord écrit, suite à de nouvelles informations, nous ne sommes plus en mesure d'affirmer qu'il s'agit du FBI.

Publicité