Elles ont été 25 à se lancer en 2016. 25 «spin-off», le terme consacré pour désigner des petites sociétés fondées à partir des recherches effectuées dans une université, tout droit sorties de l’Ecole Polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Elles étaient le même nombre en 2015, une année record. Cela fait dix ans que l’EPFZ voit se créer au moins une vingtaine de start-up chaque année. La vitalité du secteur est illustrée par la présence accrue de Google, qui a ouvert, mardi, son nouveau bâtiment vers la gare de Zurich.

Lire aussi: Google vise les 5000 employés en Suisse

Des communications à la robotique

Parmi les spin-off zurichoises, l’an dernier, le plus grand nombre (8) s’est concentré sur le domaine de la technologie de la communication et de l’information, mais six sociétés ont été fondées dans le domaine de l’ingénierie mécanique et quatre dans la biotechnologie. Parmi les jeunes pousses, Swiss Timber Solutions travaille sur des questions liées à la protection en cas d’incendie et la maintenance de structure en bois. De même, Swiss Wood Solutions développe des produits en bois de haute qualité et les vend partout dans le monde.

La robotique a aussi été représentée en 2016 avec la création d’Aerotainment Labs, ANYbotics et Wingtra, qui travaillent sur des robots marchants ou volants, utilisés pour de l’inspection dans des terrains difficiles d’accès, dans l’agriculture, ou pour le divertissement. D’autres nouvelles start-up se focalisent sur des mesures de la fatigue musculaire, la fabrication de batteries améliorées, ou des ampoules intelligentes permettant de lutter contre les cambriolages.

335 entreprises en 20 ans

Depuis 1996, 335 spin-off ont vu le jour et ont contribué à créer 2500 emplois, selon l’EPFZ, qui souligne leur solidité: «Environ 92% d’entre elles survivent au-delà de leurs cinq premières années d’existence», assure un communiqué. Soit un niveau «40% plus élevé que les autres start-up en Suisse». Son Pioneer Fellowship Programme, lancé il y a cinq ans, avait pour but d’aider les étudiants à fonder leur entreprise.

En comparaison, l’EPFL enregistre une quinzaine de spin-off créée chaque année. Si cette dernière donne beaucoup d’informations sur les levées de fonds – un montant record a été atteint en 2016 avec 400 millions de francs –, l’EPFZ préfère, elle, rester muette sur ce sujet. On sait toutefois qu’il y a eu quelques transactions notables en 2015: GetYourGuide avait notamment levé 50 millions de dollars et GlycoVaxyn avait été racheté par GlaxoSmithKline pour 212 millions de dollars.

Lire aussi: Les start-up de l’EPFL ont levé 400 millions de francs en 2016

Parmi les start-up les plus connues, issues de l’EPFZ, et actives dans les ICT, figure notamment Faceshift, active dans la réalité virtuelle et rachetée par Apple fin 2015. Autres exemples, Dacuda, spécialiste du scanning en trois dimensions ou Squirro, ont attiré l’attention de la presse internationale. Fashwell, dans laquelle Zalando a investi, est aussi sortie de l’EPFZ, tout comme Skybotics, rachetée l’an dernier par GoPro. Enfin u-blox, société cotée à la bourse suisse, est également une spin-off créée en 1998.


Pour aller plus loin: La liste complète des spin-off de l’EPFZ