Durant la semaine qui a précédé Noël, le chiffre d’affaires de Brack.ch a encore progressé de 15,6% comparé à la même période de l’an dernier. Contacté par le Temps, Daniel Rei, responsable de la communication du site de vente en ligne, estime que la société «peut être satisfaite» des ventes réalisées avant les Fêtes. Presque un euphémisme: en effet, auparavant, les ventes du site avaient déjà progressé de 30% durant la période allant du 7 novembre au 16 décembre.

Sur l’ensemble de 2016, le groupe alémanique Competec, propriétaire de Brack.ch, anticipe un chiffre d’affaires dépassant les 600 millions de francs, en hausse de 12% sur un an, comme il l’a indiqué sur son site peu avant Noël. L’entreprise est numéro cinq des ventes en ligne en Suisse après Digitec, Zalando, Amazon et Nespresso.

11,2 milliards de francs dépensés en ligne en Suisse

Rarement le contraste entre les ventes du commerce de détail classique et celui des boutiques en ligne n’a été aussi marqué qu’en cette fin d’année en Suisse. Alors que de nombreux commerces ont proposé cette année des rabais très agressifs même avant Noël, les boutiques spécialisées dans la vente en ligne affichent, elles, souvent des taux de croissance à deux chiffres.

Lire aussi: Les Suisses ont acheté en moyenne pour 2400 francs en ligne

Une tendance qui va dans le sens des estimations publiées fin novembre par NetComm, l’association des commerces en ligne en Suisse: selon l’enquête, la population suisse a dépensé 11,2 milliards de francs pour acheter des produits et des services sur les portails sur internet en 2016, comparé à 9,1 milliards en 2015, en hausse de 21%.

Le commerce de détail à la peine

La tendance n’est de loin pas aussi favorable pour le secteur dans son ensemble. Parmi les dernières statistiques disponibles, les chiffres d’affaires du commerce de détail en Suisse ont reculé en termes nominaux de 0,9% au mois d’octobre 2016 comparé à la même période un an plus tôt, un mouvement de baisse ininterrompu depuis janvier 2015, comme l’a rappelé l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Lire aussi: Le passage à vide de l’économie suisse ne devrait pas durer

Les dépenses de consommation ont aussi stagné durant les deuxième (0%) et troisième trimestre (0,1%), a indiqué le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

Stagnation dans les magasins physiques

Qu’en sera-t-il en fin d’année? Si les géants Coop et Migros ne fournissent pas encore d’indications précises sur leurs ventes de Noël, une porte-parole du géant orange évoquait tout de même mercredi une nette amélioration observée durant les trois dernières semaines. Chez Globus, l’enseigne haut de gamme du géant orange, un responsable cité par l’ATS mentionnait mercredi «des ventes d’ensemble similaires à celles de l’an précédent». Chez Loeb, son directeur Ronald Christen admettait que le groupe bernois a atteint «avec peine le niveau de l’an précédent».

Les sites de commerce en ligne recrutent

L’heure est au renforcement des capacités pour les sites de commerce en ligne. Competec, qui va aussi coopérer l’an prochain avec le fournisseur d’articles sportifs Intersport, prévoit d’engager plus de 100 collaborateurs l’an prochain. Le leader du secteur Digitec-Galaxus prévoit que son effectif passe de 832 salariés à plus de mille collaborateurs l’an prochain, comme l’a indiqué la société à la mi-décembre lors d’une présentation incluant Beat Zahnd, le chef du département Commerce du géant orange qui contrôle le site en ligne.

Lire aussi:  Digitec renforce sa domination du marché suisse du e-commerce

Chez Globus, le chiffre d’affaires réalisé sur internet devrait passer d’environ 15 millions actuellement à plus de 100 millions d’ici à 2020, déclarait récemment son directeur Thomas Herbert à Schweizer Illustrierten. L’enseigne prévoit de doubler la proportion des articles disponibles en ligne qui devraient représenter 80% de son assortiment d’ici février.

Approche combinée

Du côté de Manor, le groupe avait indiqué en début d’année que ses ventes en ligne avaient plus que doublé durant l’exercice 2015. Qu’en est-il en 2016? A ce stade, l’enseigne bâloise indique qu’il est encore trop tôt pour tirer un bilan définitif des ventes de Noël. Néanmoins, une porte-parole de Manor souligne que les ventes en ligne se sont développées «positivement» cette année. Le groupe veut jouer sur les deux tableaux: «Le domaine en ligne joue un rôle primordial pour l’expérience omnichannelle de notre clientèle et représente une part toujours plus importante de notre chiffre d’affaires», indique Elle Steinbrecher, porte-parole.

La part de l’e-commerce varie beaucoup d’un domaine à un autre

Comme le montre l’étude de NetComm, les habitudes des internautes varient beaucoup d’un domaine à un autre, avec un taux de pénétration qui dépasse en Suisse les 50% pour l’habillement et la mode mais qui se limite à 20% pour l’alimentation et les boissons. Que faut-il attendre à l’avenir? A la mi-décembre, Beat Zahnd, responsable du département Commerce chez Migros, soulignait que «l’on ne peut faire que des suppositions» à propos de la proportion des articles qui seront vendus en ligne ou hors ligne à l’avenir. Dans le textile, la part des ventes en ligne, située à 14% actuellement, pourrait grimper à 30%. Dans l’électronique, elle peut progresser de 30% à une fourchette de 40 à 45%. En revanche, elle restera faible dans l’alimentation: d’un pour-cent et demi, elle pourrait progresser aux environs de 5%, selon le spécialiste du commerce de détail.