Le gouvernement du Guatemala a décrété, lundi, «l'état de prévention» (d'exception) pour protéger l'activité du groupe minier suisse Solway Investment Group et de sa filiale locale, la Compañía Guatemalteca de Niquel (CGN). La mesure, adoptée en conseil des ministres a pour but «le maintien de l'autorité de l'Etat et de la sécurité publique dans la zone» contre des «groupes délinquants et des milieux qui s'opposent aux activités minières», selon le texte du décret.

Le 24 octobre, le président guatémaltèque Alejandro Giammattei avait déjà décrété l'état de siège, qui limite le droit de manifester et permet des arrestations sans ordre d'un juge. Un couvre-feu avait également été imposé après des semaines de manifestations et de blocages d'une route par des autochtones maya q'eqchi' qui s'opposent à la mine en raison des dommages causés à l'environnement.

A lire: Au Guatemala, polémique autour d’un groupe minier suisse

L'entreprise Compania Guatemalteca de Niquel, filiale de Solway Investment Group, conformément à une décision de justice, a suspendu en février l'extraction d'une mine dans l'attente d'une consultation de la population autochtone. Elle poursuit cependant l'extraction sur un autre gisement ainsi que le traitement du minerai.

Le président de l'entreprise, le Russe Dmitry Kudryakov, pour qui les accusations de dommages à l'environnement sont des «spéculations» d'un «petit groupe», a assuré le mois dernier à l'AFP que la décision de justice ne concerne pas l'usine qui traite le minerai de ferronickel extrait d'un gisement situé à proximité.

Des perquisitions et des arrestations durant l'état de siège

«L'état de prévention» décrété lundi remplace la mesure d'état de siège qui venait à échéance légale au bout de 30 jours. Il devrait durer une quinzaine de jours, a assuré en conférence de presse le responsable de la communication de la présidence Kevin Lopez.

Durant les 30 jours d'état de siège, la police a procédé avec l'armée à «55 perquisitions et 72 arrestations de délinquants présumés», a indiqué le ministre de la Défense, le général Juan Carlos Aleman qui s'est félicité du rétablissement de l'autorité de l'Etat dans le département d'Izabal (région caraïbe).

Lire encore: En Papouasie-Nouvelle-Guinée, la pollution des énergies renouvelables