Le projet d’identité numérique (e-ID) suisse n’est pas mort, loin de là. Rejeté à hauteur de 64,4% par la population le 7 mars dernier, il est revenu en force ce vendredi avec une nouvelle annonce du Conseil fédéral. Visiblement, les autorités ont tiré des leçons de l’échec du projet en votation. Car désormais, ce sera la Confédération qui en sera maître. Un accent sera aussi mis sur la maîtrise, par les utilisateurs, de leurs propres données.