Avec l'arrivée récente sur le marché d'une multitude de nouveaux produits, le paysage des ETF (Exchange Traded Funds - Fonds indiciels cotés) est de plus en plus foisonnant. Pour choisir le bon ETF, il est donc essentiel de bien comprendre les caractéristiques des différents produits.

Afin d'évaluer les ETF, il est essentiel de comprendre leur profil unique, qui associe l'avantage d'un FCP en termes de diversification et la négociabilité d'un titre individuel. Le coût est naturellement un aspect important lorsqu'il s'agit de choisir un ETF, mais il existe également quatre autres critères à prendre en compte.

Bien entendu, les coûts comme le Total des frais sur encours (TFE), à savoir le total des frais de gestion, des frais fiduciaires, des frais de licence et des coûts d'exploitation, revêtent une importance particulière lors de la sélection d'un ETF. Toutefois, ce n'est qu'une composante du coût total.

Les ETF étant des produits cotés en bourse, l'une des principales composantes du coût prend la forme de commissions. Les autres frais implicites, comme les coûts liés à la négociation, au rebalancement des portefeuilles et à l'écart de suivi (tracking error), peuvent parfois représenter une part plus élevée du coût total que le TFE, en particulier pour les investisseurs intervenant sur le court terme.

Il faut également tenir compte des activités du fournisseur de l'ETF susceptibles de générer un revenu, qui vient compenser les coûts de détention d'un ETF. Prenons par exemple l'activité de prêt de titres. La perception d'un revenu potentiel issu du prêt de titres au sein de l'ETF et du prêt de leurs parts peut permettre aux investisseurs de compenser partiellement, voire totalement, le TFE associé à la détention d'un ETF.

Les indices de référence sont les indicateurs des performances des ETF. Compte tenu de leur rôle central, il faut garder à l'esprit que chaque indice est unique. Deux indices couvrant des segments de marché similaires peuvent être très différents et posséderont leur propre profil «rendement-risque». Il est donc primordial de comprendre les caractéristiques de l'indice sous-jacent d'un ETF.

Afin de définir l'univers d'un indice, chaque fournisseur d'indice détermine ses propres critères. Par exemple, pour les ETF en actions, les méthodes de construction d'indices peuvent différer en termes de nombre de composantes, de segment de capitalisation boursière, de style de valeurs et de secteur d'activité. Une compréhension approfondie de ces différences peut donc permettre de vérifier qu'un portefeuille contient l'ETF adapté à l'univers d'investissement recherché.

La liquidité d'un ETF est également très importante. Plus il sera liquide, plus sa négociation sera simple et bon marché. A l'inverse, à cause d'une faible liquidité, il peut être plus difficile d'initier une position et d'en sortir, et cela peut entraîner des frais de négoce plus élevés. Afin de déterminer la meilleure méthode de négoce, il faut tenir compte de l'écart (spread) de l'ETF et de la profondeur du marché. L'écart de l'ETF est la différence entre le cours vendeur et le cours acheteur; en d'autres termes, il s'agit du coût supporté par l'investisseur, imposé par le teneur, pour acheter ou vendre un ETF. Cet écart doit être aussi proche que possible de la moyenne des cours afin que l'achat/la vente soit compétitif. La profondeur concerne la taille d'un ordre qu'un investisseur peut exécuter. Si le livre d'ordre montre qu'un investisseur peut acheter/vendre 10 000 unités, il est alors possible d'acheter au maximum ce volume d'unités sans avoir à envisager une autre méthode d'exécution. Pour réaliser des transactions plus importantes, il peut être nécessaire de se tourner directement vers un marché de gré à gré, via un teneur de marché.

Compte tenu de la croissance exponentielle du marché des ETF ces dernières années, toute une kyrielle de nouveaux produits ont été commercialisés. Chaque produit ayant ses propres caractéristiques en termes d'exposition, de risque et de fiscalité, les investisseurs doivent étudier les différents profils existants avant de sélectionner le produit le plus pertinent. Il existe deux modes majeurs de construction d'un ETF: les ETF à réplication physique (ETF à «réplication intégrale») et les ETF à réplication synthétique. D'autres produits indiciels cotés sont souvent confondus avec les ETF, notamment les ETC (Exchange Traded Commodities - fonds cotés investis sur les matières premières), une sous-catégorie des Exchange Traded Notes (ETN).

La taille, les volumes traités, l'expertise et la gamme de services offerts varient sensiblement d'un fournisseur d'ETF à l'autre, et ces différences peuvent affecter la performance à de nombreux égards. Les investisseurs doivent donc vérifier le volume des opérations du fournisseur, son historique de performance en matière de gestion de portefeuilles indiciels, son engagement à fournir des services et procurer des ressources aux investisseurs, aux intermédiaires, aux intervenants de marché, ainsi que son savoir-faire en matière de construction d'indices et de méthodologie.

Lorsque vous évaluerez différents ETF, attendez-vous à faire des compromis. Chaque investisseur a ses propres exigences et son propre profil de rendement-risque. Ainsi, ne vous demandez pas: «Quel est le meilleur ETF?» mais plutôt «quel est l'ETF le plus adapté à mon portefeuille?».