L'euro a fortement reculé face au dollar jeudi en fin des échanges européens sur le marché des changes, quelques heures après un nouveau record historique de la devise européenne. Vers 19 h GMT (20h à Paris), elle valait 1,2967 dollar contre 1,3074 dollar trois heures plus tôt et contre 1,3031 dollar mercredi vers 22 h GMT. «Le recul de l'euro s'explique par des raisons techniques: les investisseurs ont décidé de prendre leurs bénéfices après l'envolée de la devise européenne dans la matinée», a expliqué Audrey Childe-Freeman, économiste à la Banque canadienne impériale de commerce (CIBC). «Plus généralement, a-t-elle ajouté, les investisseurs, qui étaient beaucoup à découvert de dollars, ont décidé de rééquilibrer leurs portefeuilles et d'acheter du dollar.»

Par ailleurs, la proximité de la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G20 ce week-end à Berlin pourrait inciter le marché des changes à la prudence. Certains cambistes redoutent en effet que la réunion du G20 ne soit utilisée par les responsables économiques et politiques de la zone euro pour hausser le ton et tenter de ralentir, voire d'arrêter, la récente envolée de l'euro.

Le ministre allemand des Finances, Hans Eichel, a ainsi réitéré jeudi le message maintes fois martelé par les responsables de la Banque centrale européenne (BCE) selon laquelle la hausse de l'euro était «brutale». Hans Eichel a espéré que l'Europe, les Etats-Unis et le Japon trouvent sur le sujet une solution commune. Selon Neil Mackinnon, économiste au groupe ECU, «le scénario d'une intervention dite «préventive» de la BCE avant la réunion du G20 est envisageable afin de marquer les esprits».

Le yen qui a atteint un nouveau plus haut depuis début avril, à 104,30 yens pour un dollar vers 17h GMT, s'est également replié. En tournée en Europe avant le G20, John Snow a assuré les Européens que les Etats-Unis avaient l'intention de réduire leur déficit budgétaire et a martelé l'attachement de l'administration Bush à la politique du dollar fort.

Par ailleurs, le billet vert a atteint hier son niveau le plus faible depuis plus de huit ans par rapport au franc, à 1,16 franc. Toutefois, la devise américaine s'est reprise en fin de séance, à 1,1696.