Le groupe européen Altice va déployer la fibre optique aux Etats-Unis, pays stratégique pour son développement, où une connexion optimale est devenue un gros avantage concurrentiel face à la multiplication des usages d'internet. La migration des abonnés ADSL (qui offre une connexion limitée) vers la fibre va débuter en 2017 et devrait s'étaler jusqu'à 2022, indique mercredi 30 novembre dans un communiqué Altice USA, filiale américaine du groupe du milliardaire franco-israélien Patrick Drahi.

Lire aussi: Qui est Patrick Drahi, milliardaire établi à Genève, acquéreur de SFR

L'objectif est de connecter les 4,6 millions de foyers américains abonnés à Optimum (Cablevision) et Suddenlink, les deux câblo-opérateurs locaux rachetés en 2015 par le géant européen.

La fibre optique est une technologie qui offre des débits d'au moins 100 mégabits par seconde en «upload» (envoi de données sur internet) comme en «download» (récupérer des fichiers sur internet) et promet des débits fulgurants sans perte de signal quelle que soit votre localisation. Le très haut débit par le réseau cuivre classique (ADSL) commence, lui, à 30 mégas par seconde en «download».

Investissements non chiffrés

Elle a pris de l'importance en raison du boom des usages d'internet à la maison, notamment la consommation de vidéos sur tablettes et smartphones très gourmande en bande passante, ainsi que du fait de la multiplication des utilisateurs à l'intérieur d'un même foyer.

Le succès des services de vidéo à la demande Netflix et Amazon Prime force aussi les câblo-opérateurs à développer des technologies pour améliorer la qualité du débit proposé aux consommateurs.

Altice ne chiffre pas le montant des investissements liés à ce déploiement américain de la fibre optique, déjà au centre de sa stratégie en Europe. Grâce à ces investissements, «nous sommes en meilleure position pour mieux satisfaire les besoins de nos clients à l'avenir», a souligné Dexter Goei, le PDG d'Altice USA, cité dans le communiqué.

Les Etats-Unis, nouvelle priorité

Altice a fait des Etats-Unis, pays où les abonnements au câble coûtent souvent nettement plus du double des offres proposées en France par exemple, sa priorité. Le géant des médias et des télécoms espère y générer plus de la moitié de ses revenus à moyen terme.

Il envisage d'ailleurs d'introduire à la Bourse de New York sa filiale américaine, afin de lever des fonds destinés à financer son développement local, avait indiqué récemment à l'AFP une source proche du dossier. Cette croissance devrait passer par de nouvelles acquisitions effectuées par Altice USA, aujourd'hui quatrième câblo-opérateur américain présent dans une vingtaine d'Etats dont New York.