Le résultat du concours d’urbanisme concernant le quartier fribourgeois de l’innovation BlueFactory sera dévoilé demain. Les concours d’architecture pourront dès lors être lancés. Les travaux, qui débuteront en 2014, façonneront les 53 000 mètres de l’ancienne brasserie Cardinal dans le but d’accueillir principalement, selon une charte d’utilisation, des start-up et des entreprises innovantes mais également des commerces, des logements, des restaurants et des projets culturels ou artistiques.

L’ancienne halle de production du brasseur fribourgeois, un bâtiment historique partiellement rafraîchi, compte déjà plusieurs locataires. L’incubateur Fri Up et ses 17 start-up ont emménagé dans des locaux provisoires en attendant de déménager dans de nouveaux bâtiments. Cinq à six autres jeunes pousses rejoindront le site d’ici à l’été, à l’exemple de Publiwide et Sugarcube, deux éditeurs de logiciels. LS Instruments et ses 13 employés s’installeront également chez BlueFactory cet été.

Production alimentaire

Les premiers bâtiments devraient être finalisés d’ici à 2015-2016. «Le parc sera réalisé en plusieurs étapes, au fur et à mesure des besoins», explique Jean-Luc Mossier, directeur de la Promotion économique du canton de Fribourg et président du groupe de travail BlueFactory.

Détenue par l’Etat et la Ville de Fribourg à parts égales, BlueFactory pourrait à terme permettre la création de 1000 à 2000 emplois. «Il s’agit du seul quartier technologique en Suisse avec une option zéro carbone et aussi proche d’une gare», souligne Jean-Luc Mossier.

Pour attirer des entreprises et des start-up, le directeur de la Promotion économique veut mettre en avant le caractère académique de Fribourg et sa position au cœur de la Suisse. «Sur 40 000 habitants, la ville compte 12 000 étudiants», souligne-t-il.

Jean-Luc Mossier souhaite également profiler Fribourg dans deux secteurs en particulier, à savoir la construction et la production alimentaire, et attirer ainsi des entreprises spécialisées dans ces domaines. «Nous devons nous différencier des autres cantons en matière de savoir-faire. La construction et la production alimentaire, deux secteurs qui deviennent de plus en plus sophistiqués, constituent l’ADN de notre économie. L’alimentaire s’approche de plus en plus de la biopharma.» A cet effet, Fribourg pourra notamment compter sur le transfert de la station de l’Agroscope de Liebefeld à Posieux.

En attendant, le quartier technologique peut déjà compter sur l’arrivée du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST FR), qui rejoindra le site pour des projets de recherche et développement appliquée en collaboration avec l’industrie. La plateforme SICH (Swiss Integrative Centre for Human Health) s’établira également chez BlueFactory. Lancée par le service de transfert technologique de l’Université de Fribourg et l’Hôpital fribourgeois, ce service de recherche permettra aux entreprises et start-up de louer des équipements de pointe. Le SICH sera notamment équipé de microscopes électroniques, d’un simulateur 3D ou d’un séquenceur ADN. Une plateforme de formation continue dans le domaine de la biopharma, dénommée Biofactory, fera également partie des occupants.