Stratégie

L’existence de Yahoo!, star des années 2000, est désormais menacée

Le groupe songe sérieusement à non seulement vendre sa participation dans Alibaba, mais aussi ses activités Internet

De Yahoo!, il pourrait bientôt ne rien rester. Il y a dix jours, Starboard Value avait exigé que la direction agisse face au déclin de ses activités. Or le fonds activiste semble bien avoir été entendu. De mercredi à vendredi, le conseil d’administration de Yahoo! pour réfléchir à son avenir. Un avenir qui pourrait bien passer par une disparition pure et simple. Le fleuron des années 2000 sur Internet pourrait non seulement vendre sa participation dans le groupe de e-commerce chinois Alibaba. Mais aussi purement et simplement vendre ses activités Internet, selon des informations recueillies par Reuters et le Wall Street Journal. Et donc se saborder.

La valeur de Yahoo! est bien sûr incomparable avec celle enregistrée au tout début 2000, lorsque son action valait un peu plus de 100 dollars. Mais le groupe, avec une action s’échangeant aujourd’hui 36 dollars (+6% à l’ouverture de Wall Street mercredi), revendique encore une capitalisation boursière de 31 milliards de dollars. Problème: l’immense part de cette valeur est constituée par la participation de 15% dans Alibaba, participation elle-même estimée à… 30 milliards de dollars. Autrement dit, le portail Yahoo!, ses sites affiliés et sa régie publicitaire ne valent presque rien.

Derrière Facebook

Yahoo! est aujourd’hui bénéficiaire, mais de manière marginale. Lors du dernier trimestre, il a affiché un chiffre d’affaires de 1,2 milliard de dollars (+8%) pour un bénéfice de 76 millions de dollars (-99%). Le problème de la société dirigée depuis trois ans par Marissa Mayer est qu’elle n’arrive plus du tout à suivre ses concurrents sur des marchés clé. Fin novembre, le Wall Street Journal affichait une comparaison peu flatteuse pour le groupe. Cette année, Yahoo! Devrait encaisser 3,37 milliards de dollars via la publicité, soit 2% du marché mondial. En 2012, sa part était de 3,36%. Autre chiffre: lors du dernier trimestre, les revenus liés à la publicité mobile ont crû de 31% à 271 millions de dollars. En parallèle, Facebook affichait une croissance de 72% (3,35 milliards) dans se secteur, Twitter de 62% (441 millions). En terme de publicité et de recherche, Yahoo! Ne fait plus grand-chose tout seul: il sous-traite son moteur de recherche à Microsoft. Et dispose d’un accord publicitaire avec Google.

Yahoo! n’a pas réussi à évoluer alors que Google et Facebook parvenaient au mieux à attirer plusieurs formes de publicité. Mais le groupe de Marissa Mayer demeure un acteur de poids si l’on s’intéresse à l’audience de l’ensemble de ses plateformes. Au total, le groupe compte un milliard d’utilisateurs réguliers, dont 600 millions sur smartphone. Mais Marissa Mayer n’a de loin pas fait toute juste, de l’avis de plusieurs analystes. Notamment le rachat de la plate-forme Tumblr, en 2013, pour 1,1 milliard de dollars: son audience n’a pas décollé et le prix jugé élevé n’a pas rapporté un chiffre d’affaires substantiel au groupe.

Problème avec le fisc

Désormais, les administrateurs de Yahoo! sont en pleine réflexion. Casse-tête supplémentaire pour eux, la séparation, dans une entité propre, de la participation dans Alibaba, pourrait coûter cher aux actionnaires. L’administration fiscale américaine a récemment indiqué que les actionnaires pourraient devoir débourser 9 milliards de dollars dans le cadre de cette opération.

Publicité