Perchée sur les hauteurs de Neuchâtel, avec 115 employés sur les 337 que compte l'ensemble du groupe Stonehage, ce leader de l'administration des family offices, qui gère la fortune de plus de 1100 familles, se sent à l'étroit. Il augmentera sensiblement sa surface de bureaux avec la location d'un étage supplémentaire, annonce Frédéric Carbonnier, un des directeurs, au Temps. Déjà présent à Zurich, Stonehage ouvrira également un bureau à Genève au printemps 2009.

L'expansion de la société en réponse à la ratification par la Suisse de la Convention de La Haye sur les trusts s'est bel et bien réalisée. Elle dispose de 25 milliards de dollars d'actifs sous administration à fin juin (20 milliards mi-2006). L'effectif du siège neuchâtelois a augmenté de 40% ces deux dernières années.

La société, d'origine sud-africaine, qui avait démarré en 1976 à Londres, s'est installée il y a vingt ans à Neuchâtel en réponse aux efforts de la promotion économique dirigée à l'époque par Karl Dobler. Si certains groupes quittent une région à l'échéance des avantages fiscaux obtenus, tel n'est pas le cas de Stonehage. «La stabilité politique et économique de la Suisse, l'abondance d'un personnel qualifié, jeune et flexible, le sérieux sont des atouts très compétitifs», déclare Frédéric Carbonnier.

Partenariat académique

Les avantages sont réciproques puisque Neuchâtel y gagne une diversification du tissu économique. Stonehage est également en discussion avec différentes institutions académiques afin de contribuer à la mise sur pied de nouvelles formations en comptabilité à la fois financière et économique ainsi que dans la connaissance des trusts.

La clientèle est composée de familles fortunées internationales. Ses besoins dépassent l'établissement et l'administration de trusts ou la gestion d'actifs. «Nous avons une équipe spécialisée dans la philanthropie, une autre dans l'administration de l'art et de la peinture, d'autres sont experts dans la gestion immobilière et celle de yachts», explique notre interlocuteur.

«La tendance vers une dispersion géographique de certaines familles fortunées créée de nouveaux besoins de conseil et d'administration multijuridictionnelle. Les problèmes successoraux dans ce contexte peuvent s'avérer très délicats. Avec neuf représentations à travers le monde, Stonehage bénéficie d'une grande expérience des situations familiales internationales complexes», souligne Frédéric Carbonnier.

L'expansion de Stonehage, qui s'est fortement accélérée ces dix dernières années, tient aussi à sa structure. La société est complètement indépendante puisque son capital appartient entièrement au management et aux employés clés. «Une bonne gouvernance liée à une culture de partenariat permet d'augmenter fortement le taux de fidélité», selon Frédéric Carbonnier, qui ajoute que la société a continué d'engager sélectivement du personnel durant la crise financière. Cette fidélité est un important facteur de rétention de la clientèle qui apprécie particulièrement cette forme de continuité. D'ailleurs, Stonehage conseille la seconde génération de certaines familles qui sont clientes depuis de nombreuses années.

Nouvelle politique de communication

Société très discrète jusqu'ici, Stonehage a maintenant atteint une taille critique qui l'incite à communiquer vers l'extérieur. «En quelques années, nous sommes passés de quatre employés à 125 en Suisse. Nous voulons jouer un rôle plus important dans notre industrie tout en gardant notre culture de discrétion absolue pour nos clients», dit-il. La société fait aussi partie de la Swiss Association of Trust Companies (SATC).